Accueil / Chine / Un collaborateur de Huawei arrêté pour espionnage en Pologne

Un collaborateur de Huawei arrêté pour espionnage en Pologne

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Un employé de Huawei a été arrêté vendredi 11 janvier 2019 en Pologne pour espionnage, le lendemain il était licencié par le groupe chinois de télécommunication.

 

Après l’interpellation le 1er décembre 2018 au Canada de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur du groupe Huawei, un nouveau scandale touche (cette fois-ci indirectement) le géant chinois des télécommunications.

Vendredi 11 janvier 2019, un employé de cette entreprise, soupçonné d’espionnage, était arrêté en Pologne.

Samedi 12 janvier 2019, Huawei expliquait avoir “décidé de mettre fin immédiatement à son contrat avec Wang Weijing”, car “cet incident a eu des effets néfastes sur la réputation mondiale de Huawei”.

L’entreprise se désolidarise totalement de son ex-collaborateur ajoutant notamment dans son communiqué que “Huawei a toujours respecté les lois et les réglementations en vigueur dans le pays où il se trouve (…) et requiert de tous ses employés le respect des lois et réglementations du pays”.

Huawei-Chine

Selon Huawei, Wang Weijing aurait été arrêté pour des “raisons personnelles”. En fait de raisons personnelles, l’homme est soupçonné d’avoir agi “pour le compte des services chinois et au détriment de la Pologne”, a précisé Stanislaw Zaryn, le porte-parole du ministre polonais chargé de coordonner les services de renseignement Maciej Wasik.



Le Wall Street Journal avait révélé fin novembre 2018 que les Etats-Unis ont lancé une importante campagne de sensibilisation auprès de leurs alliés sur le danger potentiel de confier la gestion d’infrastructures au géant chinois, pointant le risque de cyber-espionnage et d’être à la merci de Pékin en cas de crise diplomatique.

Fondée par un ancien ingénieur de l’armée chinoise, cette compagnie a déjà été mise à l’index pour des soupçons d’espionnage dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, l’Australie et le Japon, qui lui ont interdit de bâtir un réseau 5G, rappelle l’AFP.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.