Revue de presse
Accueil / Cryptomonnaie / La France ne veut pas de libra, la future cryptomonnaie de Facebook

La France ne veut pas de libra, la future cryptomonnaie de Facebook

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, à travers la multiplication des cryptomonnaies et plus particulièrement du libra, le projet actuellement développé par le groupe internet américain Facebook, c’est “la souveraineté monétaires des Etats qui est en jeu”, et qui pourrait à terme être remise en cause.

 

Rien ne dit que le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, sera encore en poste en 2020 pour assister, aux premières loges, au lancement de libra, la future cryptomonnaie de Facebook, mais il tient pour l’heure à marquer, au nom de la France, sa très ferme opposition à ce projet.

La France refuse le développement “sur le sol européen” du libra, a déclaré le ministre jeudi 12 septembre 2019, en ouverture d’une conférence de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) consacrée aux défis des cryptomonnaies.

“Il en va de la souveraineté monétaire des Etats”.

Libra-facebook-ocde-oecd-france

“Je ne vois pas pourquoi nous portons autant d’attention depuis des années à éviter toute utilisation d’une monnaie pour le blanchiment et pour la lutte contre le financement du terrorisme, et qu’une monnaie numérique comme libra échapperait à ces obligations”, a ajouté Bruno Le Maire.

“Je veux le dire avec beaucoup de clarté : dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement de la libra sur le sol européen.”


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.