Revue de presse
Accueil / Amazon / CORONAVIRUS / La justice contraint Amazon à limiter ses activités en France

CORONAVIRUS / La justice contraint Amazon à limiter ses activités en France

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
PARTAGER SUR LES RESEAUX SOCIAUXGoogle-Actualites-NewZilla.NET-Google-News

 

Selon le tribunal judiciaire de Nanterre, Amazon a “de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés” dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus (Covid-19). 

 

Revers judiciaire d’importance (en terme d’image) pour Amazon en France.

Si les entrepôts d’Amazon en France pourront continuer leurs activités celles-ci seront réduites tout le temps que durera l’épidémie de coronavirus à la gestion des commandes de produits essentiels, à savoir les produits alimentaires, les produits d’hygiène et les produits médicaux.

Le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), dont dépend le siège français d’Amazon, situé à Clichy-la-Garenne, avait été saisi en référé, mercredi 8 avril, par le syndicat Sud Solidaires, premier syndicat dans l’entreprise. 

Celui-ci réclamait à titre principal la fermeture des six entrepôts français du groupe sous astreinte d’un million d’euros par jour. A défaut, Sud Solidaires demandait qu’Amazon Logistique France soit contraint de réduire son activité aux 10 % de marchandises “essentielles”.

Le tribunal judiciaire de Nanterre a ordonné mardi 14 avril à Amazon, dans les 24 heures, de “restreindre l’activité de ses entrepôts aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d’expédition des commandes de produits alimentaires, de produits d’hygiène et de produits médicaux, sous astreinte, d’un million d’euros par jour de retard et par infraction constatée”.

Amazon-Coronavirus

La décision s’applique dans l’attente de “l’évaluation des risques professionnels inhérents à l’épidémie de Covid-19 sur l’ensemble de ses entrepôts ainsi qu’à la mise en œuvre des mesures prévues à l’article L 4121-1 du Code du travail” et pendant “une durée maximum d’un mois” qui pourra, si besoin, être allongée par un nouveau jugement, indique l’AFP.

Selon le tribunal judiciaire de Nanterre Amazon a, selon le jugement obtenu par l’AFP, “de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés” dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus (Covid-19). 

Le syndicat Sud Solidaires reprochait précisément à Amazon de ne pas protéger ses salariés correctement contre le Covid-19.

Dans un communiqué publié lundi 8 avril, le syndicat enfonçait le clou en parlant “d’une bombe sanitaire et sociale qui est en train d’exploser et qui concerne plus de 10 000 travailleurs directs mais aussi une armée d’intérimaires et de livreurs”. 

Pour son part, dans la logique de la communication du groupe (à commencer par les Etats-Unis), l’entreprise Amazon clamait jusqu’ici dans les médias qu’elle allait “plus loin que les recommandations des autorités sanitaires et gouvernementales”.

Un avis que ne partageaient ni l’inspection du Travail, ni la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN - FR - DE - ES