En continu
Accueil / Médias / En France, 79% des internautes favorables à une loi contre les fausses nouvelles

En France, 79% des internautes favorables à une loi contre les fausses nouvelles

Mais toujours en France, 79% des Français adhèrent aux discours complotistes.

 

Comme la vie (et la communication politique) sont bien faites, quelques jours après l’annonce par le président de la République, Emmanuel Macron, de son intention de légiférer sur (ou plutôt contre) la propagation des “fake news” (fausses nouvelles), notamment en période électorale, la communication sondagière vient nous rappeler fort opportunément, que la démarche présidentielle bénéficie du soutien de près de 80% des internautes.

Que le Palais de l’Elysée se rassure, les 54.300 messages (d’indignation, de protestation ou de contestation) postés en ligne dans les quatre jours qui ont suivi l’annonce présidentielle, n’étaient pas le reflet de l’opinion publique mais bien un effet de loupe imputable au prisme déformant des réseaux sociaux.

Selon un sondage (réalisé sur Internet) par Odoxa pour France Info, Le Figaro et Dentsu Consulting conduit auprès de 1004 personnes représentatives (cela change des “sondages” en ligne effectués à la va-vite notamment par l’un des médias ordonnateurs de ce sondage…), 79 % des personnes interrogées sont favorables à la proposition du chef de l’État.

Le sujet des “fake news” ne laisse quant à lui pas indifférent puisqu’il apparaît comme important à 71% des personnes interrogées.

macron-fake-news

En pratique, 61 % des internautes interrogés (voire même 78 % si on ajoute les agrégateurs comme Google News, dont NewZilla.NET fait partie) continue de s’informer via les médias traditionnels qui vérifient leurs sources.

En revanche, serait-on tenté de dire, 22 % des Français puisent leur information uniquement sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Google et YouTube) ou sur des blogs.

A l’occasion de la présentation de ses voeux à la presse le 4 janvier dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, avait indiqué son intention de faire évoluer le dispositif juridique pour protéger la vie démocratique des fausses nouvelles en période électorale.

“Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publiques l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus”, avait expliqué le président de la République.

Si 79% des internautes souhaitent une loi contre les fausses nouvelles, les Français sont également, selon une récente étude de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch, 79% à adhérer à l’une des grandes “théories du complot”.

NewZilla.NET a besoin de vous





 

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne reçoit aucune aide publique.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux.
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne passe pas de partenariats commerciaux avec des marques de smartphones ou de boissons gazeuses, tout en faisant croire à ses lecteurs qu’il s’agit de contenus éditoriaux produits par sa rédaction.
  7. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  8. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  9. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  10. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité.

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

A lire aussi

complotisme-théorie-du-complot-fake-news

9% des Français croient que la Terre est plate

Mais en France, 79% des internautes souhaitent également que l’Etat légifère contre la propagation des fausses nouvelles ou “fake news”.

fake-news-fakenews-facebook

Facebook rémunère des « médias partenaires » pour authentifier les « fake news »

L'équipe de la rubrique "Les Décodeurs" du journal Le Monde décrit par le menu en quoi consiste le partenariat conclu entre le quotidien et Facebook pour lutter contre la propagation des fausses nouvelles (ou "fake news"), qui pullulent aujourd'hui sur le réseau social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.