Accueil / Biométrie / L’Inde mise sur le passeport biométrique pour éradiquer la pauvreté

L’Inde mise sur le passeport biométrique pour éradiquer la pauvreté

PARTAGER CET ARTICLE
L’Inde, 1,2 milliard d’habitants et des centaines de millions de personnes privées d’identité et plongées de facto dans la misère.

 

Pour lutter contre ces deux fléaux, le gouvernement indien a décidé de faire d’une pierre deux coups en lançant le plus gros programme d’identification biométrique jamais entrepris dans le monde. L’identification biométrique est plus sûre qu’un document officiel et son taux d’erreur est suffisamment marginal, estime Tim Harford dans le Financial Times.

Pour l’heure l’Unique Identification Authority of India (UIDAI), ne concerne “que” 200 millions d’habitants, mais fin 2014 c’est la moitié de la population du pays qui devrait bénéficier de cette initiative. En pratique chaque citoyen use voit attribuer un numéro d’identification, nommé «Aadhaar» (ce qui signifie «fondation»), auxquels viennent s’ajouter deux scans d’iris, dix empreintes digitales et une photo numérique.

Identifier les individus permet de cibler les politiques de lutte contre la pauvreté et d’être certain qu’elles touchent leurs réels bénéficiaires, relève Slate.fr. Selon un rapport publié en 2011 par la Banque mondiale, Social Protection for a Changing India, il y aurait en Inde des centaines de programmes de ce type, mais l’aide ne parviendrait que très rarement aux plus démunis, en particulier à cause des escroqueries et des détournements.

A lire aussi sur NewZilla.NET

reconnaissance-faciale

85 ONG américaines demandent à Amazon, Google et Microsoft de ne pas mettre leurs technologies de reconnaissance faciale à la disposition des Etats

Ces organisations, dont l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) demande à ces trois géants de l’industrie du numérique qu’ils prennent des engagements fermes et s’engagent pour la défense des droits humains et des libertés publiques

Japon-Reconnaissance-faciale-taxe

Au Japon, une taxe pour financer la collecte de données biométriques

Cette nouvelle taxe de 1 000 yens s’appliquera aux passagers utilisant les transports aériens et maritimes. Elle est destinée à financer les technologies de reconnaissance faciale déployées dans les aéroports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.