Accueil / Facebook / Facebook rachète WhatsApp pour 19 milliards de dollars

Facebook rachète WhatsApp pour 19 milliards de dollars

En rachetant cette application mobile, le réseau social met la main sur une base de données de 450 millions d’utilisateurs (dont 70% d’actifs).

 

Facebook-WhatsAppMark Zuckerberg aime les négociations secrètes chez lui, au coin du feu, ou au bord de sa piscine. Quand il négociait le rachat d’Instagram pour 747 millions de dollars avec son PDG Kevin Systrom, c’était chez lui, sans en informer le reste des dirigeants de Facebook, et en prenant soin de repousser la conclusion des négociations par lui menées, après le diffusion d’un épisode de la série Game Of Thrones

Hier Zuckerberg vient de ré-éditer l’exploit avec WhatsApp, à ceci près qu’il a cette fois-ci accepté de mettre 19 milliards de dollars dans la corbeille. WhatsApp, c’est cette application mobile de messagerie, créée en 2010, au chiffre d’affaires inconnu, mais qui revendique déjà près de 450 millions d’utilisateurs.

WhatsApp

Le jeune papa de Facebook était en contact depuis plus d’un an avec Jan Boum et Brian Acton, les deux co-fondateurs de WhatsApp, et le comme le veut la tradition, le “deal” a été conclu à la maison, autour d’un bon dîner. En pratique, Facebook (qui a réalisé 7,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2013, contre 59 milliards pour Google) accepte de débourser 19 milliards de dollars pour WhatsApp, ce qui en fait de loin la plus grosse opération de rachat jamais réalisée dans le monde de l’Internet. Facebook versera 4 milliards de dollars en liquide, et 12 milliards de dollars en action (les mauvais esprits diraient en “monnaie de singe”, mais ce sont bien évidemment de mauvais esprits).

Facebook-WhatsApp

3 milliards de dollars supplémentaires (toujours en titres Facebook) seront alloués aux deux co-fondateurs et aux 55 employés de l’ex-start-up sur les quatre ans à venir. Enfin, si le rachat venait à ne pas se faire, Facebook a tout de même consenti à signer un petit chèque de 2 milliards de dollars pour le dérangement et la gêne occasionnée…

Facebook échaudé par le refus de Snapchat

Mais pourquoi donc Facebook a-t-il mis la main sur WhatsApp? Tout d’abord, échaudé par la fin de non-recevoir qu’un Snapchat lui avait adressé (pour un chèque avoisinant alors les 3 milliards de dollars) le réseau social, à l’instar de la politique d’acquisitions d’un Yahoo! vieillissant, ne voulait pas forcément laissé partir WhatsApp dans les bras d’un concurrent.

WhatsApp et ses 450 millions d’utilisateurs (au rythme de croissance d’un million par jour), WhatsApp et son public jeune, une tranche d’âge sur laquelle Facebook commence à marquer le pas, tout spécialement aux Etats-Unis… WhatsApp et ses parts de marché impressionnantes en Europe et dans les pays émergents, où Facebook peine parfois à s’imposer. En voilà des raisons ! Reste que le chèque par son montant, parait un peu gros (près de 10% de la capitalisation boursière de Facebook), et par son côté quelque peu irrationnel ne manquera pas de faire penser au retour de la si redoutée “bulle Internet”.

Un rendez-vous manqué à 19 milliards de dollars

Au moment de racheter WhatsApp, Mark Zuckerberg n’avait jamais entendu parler de l’un de ses co-fondateurs, Brian Acton. Et pourtant, si tel avait été le cas, il aurait pu économiser 19 milliards de dollars. En août 2009, Brian Acton cherchait un job. Il a tenté sa chance chez Twitter, et auprès de Facebook, sans succès.

Suite à ces refus (oh combien perspicaces!) le futur milliardaire ne s’est pas démonté, et s’en est allé créer WhatsApp avec son compère Jan Boum. Aujourd’hui WhatsApp, implanté à Mountain View (et non pas à San Francisco) ne compte que 55 employés dont 32 ingénieurs. Et doit principalement son succès au bouche-à-oreille. La start-up n’ayant jamais dépensé un dollar ni en marketing, et encore moins en communiqués de presse. A méditer…

 

A lire aussi

facebook-audience

Facebook mise sur une mesure d’audience transparente pour conserver la confiance des annonceurs publicitaires

Après avoir reconnu avoir surestimé (pendant deux ans) le temps moyen de visionnage des séquences et des publicités vidéos diffusées sur sa plate-forme, le réseau social annonce qu'i va faire auditer ses mesures d'audience par un organisme indépendant. Avec un objectif premier: rassurer et conserver la confiance des annonceurs publicitaires.

allo

Google Allo, la messagerie instantanée à l’heure de l’intelligence artificielle (VIDEO)

Après plusieurs mois d'attente, Google lance ce mercredi 21 septembre 2016, Allo, son application de messagerie instantanée (disponible sur iOS et Android).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.