En continu
Accueil / Silicon Valley / Sequoia Capital, LE gagnant du rachat de WhatsApp

Sequoia Capital, LE gagnant du rachat de WhatsApp

PARTAGER CET ARTICLE
La société de capital-risque a investi près de 60 millions de dollars dans WhatsApp depuis 2011. Le rachat de l’application par Facebook devrait lui rapporter 3,4 milliards de dollars.

 

C’est ce qui s’appelle toucher le jackpot! Et c’est précisément ce qui vient d’arriver à Sequoia Capital, l’une des sociétés phares du capital-risque dans la Silicon Valley. Explications. Depuis 2011 Sequoia est (hormis les deux co-fondateurs Jan Koum et Brian Acton) le seul et unique investisseur à avoir accepté de miser sur WhatsApp.

Un investissement qui s’est fait en trois temps pour un total de 58 millions de dollars. De quoi laisser voir venir pour toute start-up, fut-elle en pleine croissance, à la recherche d’un modèle économique digne de ce nom.

sequoia

La bonne nouvelle pour Sequoia, c’est qu’avec le rachat par Facebook, les données de l’équation ont quelque peu changé. Grâce à cette opération la société de capital-risque devrait en effet toucher un chèque de sortie entre 3,2 et 3,6 milliards de dollars, rapporte le magazine Fortune.

Considéré à juste titre comme l’un des acteurs du capital-risque dans la Silicon Valley Sequoia Capital, fondé en 1972, a déjà fait le bonheur de sociétés comme Cisco Systems, Oracle, Apple, Google, YouTube, AirBnB, ou Zappos. Un (grand) nom manquait à son “palmarès”, un certain Facebook… Ses quelques milliards de dollars devraient faire office de séance de rattrapage.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Une étude universitaire fait le lien entre l’utilisation du smartphone en classe et la baisse des résultats scolaires

Selon une étude menée par les universités belges de Gand et d’Anvers, il existe un lien direct entre l’utilisation du smartphone en cours et la baisse de niveau des résultats scolaires.

Andy, 22 ans, mort sur Snapchat à la station RER Châtelet-Les Halles à Paris

Andy Brigitte avait 22 ans. Il a été poignardé à mort vendredi 12 janvier 2018, à Paris, à la station RER Châtelet-Les Halles, sous les yeux de plusieurs dizaines de personnes qui, loin de lui porter secours, l’ont regardé mourir, filmant la scène avec leur téléphone mobile et postant la séquence sur Snapchat ou sur YouTube. Effroyable et glaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.