En continu
Accueil / Airbnb / Quand les hôtels utilisent Airbnb pour trouver des clients

Quand les hôtels utilisent Airbnb pour trouver des clients

PARTAGER CET ARTICLE
Après l’industrie hôtelière traditionnelle, Airbnb est désormais perçue comme une menace par les grands sites de réservation.

 

AirbnbLe temps se couvre (un peu) pour Expedia et Priceline, deux groupes Internet propriétaires de Hotels.com, Orbitz, Travelocity, Booking.com ou Kayak. Ces sites de réservations réalisent aujourd’hui un chiffre d’affaires astronomique (respectivement 5,8 milliards de dollars en 2014 pour Expedia et 8,4 milliards pour Priceline).

Ils ont bâti leur succès en proposant au public une offre très large de réservations de séjours et de nuits d’hôtel, et en prélevant auprès des professionnels des commissions allant de 10% à 25% par réservation enregistrée. Mais Airbnb, déjà en concurrence frontale avec l’industrie hôtelière traditionnelle (à commencer par le Français AccorHotels), pointe le bout de son nez.

Commission de 3%

De Chicago à Los Angeles, en passant par New York ou Denver, de plus en plus de “boutique hôtels”, ont recours à Airbnb pour trouver de nouveaux clients, et optimiser le taux d’occupation de leurs chambres.

Le concept de “boutique hôtel” est apparu il y a une quinzaine d’années aux Etats-Unis. Il désigne le plus souvent ces hôtels de petite capacité, dotés d’une architecture et d’un décoration contemporaines, dont le confort et la qualité d’hébergement donnent au client le sentiment d’être un peu chez lui.

“Pour nous, Airbnb est clairement une menace.” Mark Okerstrom, directeur financier d’Expedia

Principal avantage d’Airbnb pour les “boutique-hôtels”, le faible taux de commission pratiqué (3% en lieu et place des 10% à 25% en vigueur sur les sites de réservations traditionnels). C’est aussi pour ce segment de l’industrie hôtelière un moyen de cibler une clientèle correspondant également très certainement au profil de ce type d’établissement.

Chez Expedia, on semble avoir reçu le message cinq sur cinq. Le groupe a ainsi récemment fait l’acquisition, pour 3,9 milliards de dollars, de Homeaway, l’un des concurrents d’Airbnb. Reste à savoir si les consommateurs préfèreront la copie à l’original. Et là, rien n’est moins sûr…

A lire aussi

Airbnb condamné dans une affaire de sous-location illégale à Paris

Le groupe Internet a été reconnu responsable par le Tribunal de grande instance de Paris d’avoir laissé en ligne une annonce de sous-location illégale et devra reverser au propriétaire de l’appartement concerné 1869,07 euros correspondant aux frais de réservation perçus. Airbnb va faire appel de cette décision de justice.

Airbnb a collecté 13,5 millions d’euros de taxe de séjour auprès de ses utilisateurs en France sur l’année 2017

Mais s’il communique sur ce chiffre pour témoigner de la vitalité de ses activités, le groupe Internet met moins en avant le fait qu’il n'a payé que 92 944 € d'impôts à l'Etat en 2016, soit tout juste ce que verserait une PME classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.