En continu
Accueil / Airbnb / Mieux encadrer les locations sur Airbnb

Mieux encadrer les locations sur Airbnb

PARTAGER CET ARTICLE
PARIS (France) – C’est ce que souhaite l’Assemblée nationale qui vient d’adopter, contre l’avis du gouvernement, un amendement visant à obliger (sous peine d’amende et de prison) les propriétaires ou les locataires à prouver qu’ils ont bien le droit de louer un bien sur Airbnb ou via d’autres sites concurrents.

 

Eviter les sous-locations frauduleuses, c’est l’objectif d’un amendement voté hier à l’Assemblée nationale dans le cadre l’examen du projet de loi pour une République numérique. Ce texte vise à obliger les propriétaires ou les locataires à prouver qu’ils ont bien le droit de louer un bien sur Airbnb ou sur d’autres sites concurrents.

airbnbUn propriétaire devra “justifier sa qualité de propriétaire” et un locataire, de “l’autorisation du bailleur auprès des professionnels qui, opérant en ligne, assurent un service de mise en relation en vue de la location d’hébergements”. A défaut, les propriétaires et locataires concernés seraient passibles d’une peine allant jusqu’à un an de prison et 80 000 euros d’amende.

Eviter les revenus non déclarés

Le but ici, tel qu’affiché par la député socialiste Sandrine Mazetier, serait avant tout de faire rentrer des sous dans les caisses de l’Etat. La parlementaire a indiqué que cela permettrait d’éviter que des locataires “sous-louent parfaitement illégalement”, sans déclarer leurs revenus à l’administration fiscale, rapporte l’AFP.

Il est cependant à noter que ce texte a été adopté contre l’avis du gouvernement. Selon la secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire, il est en effet “prématuré de répondre définitivement à cette problématique”. La ministre s’est toutefois engagée à répondre “avant la fin de l’année (sur ce sujet), précisant que (le gouvernement était) très conscient de la perte de recettes fiscales que ces comportements induisent”.

A lire aussi

Airbnb condamné dans une affaire de sous-location illégale à Paris

Le groupe Internet a été reconnu responsable par le Tribunal de grande instance de Paris d’avoir laissé en ligne une annonce de sous-location illégale et devra reverser au propriétaire de l’appartement concerné 1869,07 euros correspondant aux frais de réservation perçus. Airbnb va faire appel de cette décision de justice.

Airbnb a collecté 13,5 millions d’euros de taxe de séjour auprès de ses utilisateurs en France sur l’année 2017

Mais s’il communique sur ce chiffre pour témoigner de la vitalité de ses activités, le groupe Internet met moins en avant le fait qu’il n'a payé que 92 944 € d'impôts à l'Etat en 2016, soit tout juste ce que verserait une PME classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.