En continu
Accueil / Cinéma / Werner Herzog: “Mon réseau social, c’est ma table de cuisine.”

Werner Herzog: “Mon réseau social, c’est ma table de cuisine.”

PARTAGER CET ARTICLE
Dans son dernier documentaire (Lo and Behold: Reveries of the Connected World) présenté au festival de Sundance, le réalisateur Werner Herzog, s’interroge sur la fragilité de l’Internet, et notre addiction au réseau.

 

lo-and-behold-reveries-of-the-connected-world-herzogDans la session de questions-réponses qui a suivi la présentation de son dernier film (Lo and Behold: Reveries of the Connected World) au festival de Sundance, Werner Herzog, a tout de suite donné le ton. Cette fois-ci, le réalisateur d’Aguirre, la colère de Dieu, et de Fitzcarraldo, a décidé de s’attaquer à Internet.

“Internet rêve-t-il-d’Internet?”

Et l’homme n’a rien d’un geek. Lui qui avoue ne pas avoir allumé son téléphone portable pendant plus d’un an, explique à qui veut l’entendre que son “réseau social, c’est sa table de cuisine”.  

Son dernier opus, dont le site The Verge écrit qu’il est “à voir absolument”, interroge Internet, en tant que création humaine mais aussi notre dépendance de plus en plus grande au réseau des réseaux et aux réseaux sociaux.

“Internet, ce n’est pas un nuage. Ce sont justes des serveurs et des routeurs. C’est très facile à contrôler, et c’est très facile à détruire. D’ailleurs, donnez-moi un bazooka, et je m’en charge.” 

Lo and Behold: Reveries of the Connected World, est un film découpé en 10 chapitres, dont chacun pourrait lui-même faire l’objet d’un long-métrage. Werner Herzog, qui ne porte pas forcément le Web dans son coeur, donne la parole à ses créateurs, à ses adeptes, à ses victimes aussi, et à ceux qui pensent l’Internet de demain, tel Elon Musk, tout autant qu’il s’interroge lui-même: “Internet rêve-t-il-d’Internet?”, telle est la question.

A lire aussi sur NewZilla.NET

L’intelligence artificielle au risque du cybercrime

Dans un rapport publié ce mercredi 21 février 2018, 26 experts internationaux sonnent l'alarme sur les risques d'une utilisation malveillante de cette technologie par "des Etats voyous, des criminels, des terroristes".

SpotMini, l’effrayant chien-robot de Boston Dynamics (VIDEOS)

Son collègue, Atlas, savait déjà faire un saut périlleux arrière et retomber sur ses pieds, le chien-robot SpotMini se met maintenant à ouvrir des portes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.