En continu
Accueil / Airbnb / Quand Airbnb manipule ses listings

Quand Airbnb manipule ses listings

PARTAGER CET ARTICLE
La start-up, icône de l’économie collaborative, a reconnu avoir expurgé en fin d’année dernière ses listings new-yorkais de près de 1500 offres de location, avant de les transmettre aux autorités.

 
Y aurait-il deux Airbnb? D’un côté, la plate-forme iconique de l’économie dite “collaborative” où des particuliers louent ponctuellement tout ou partie de leur bien immobilier (appartements, chambres, maisons…) pour générer un petit complément de revenus.

Et de l’autre, une plate-forme qui permettrait à des professionnels de l’immobilier, déguisés en loueurs occasionnels, de contourner les règles (et les contraintes) du marché locatif classique pour optimiser (et le mot est faible) leurs revenus en proposant sur Airbnb des batteries d’offres locatives.  Officiellement, Airbnb, et le fameux “esprit communautaire” qui anime le site ne viserait que la première catégorie.

Mais de Paris à New York, les autorités s’interrogent sur les pratiques et le laissez-faire de la plate-forme dirigée par Brian Chesky. Et en la matière, les faits les plus troublants (en droit, on parlerait de faisceau d’indices) s’accumulent.

1 500 offres opportunément retirées

Ainsi, à la fin de l’année 2015 dans un exercice, on ne peut plus louable, de transparence Airbnb a-t-il publié et transmis aux autorités new yorkaises un listing des offres disponibles dans cette ville, dans le but, à peine dissimulé, d’infirmer les allégations comme quoi la plate-forme abriterait, dans un marché où la pression locative est énorme, de vrais-faux professionnels. De ceux qui se font passer pour de simples loueurs particuliers.

how-airbnb-hid-the-facts-in-nycTout allait bien dans le meilleur des mondes possibles, jusqu’à ce que, poussé par le résultat de plusieurs études indépendantes et après avoir nié toute manipulation, Airbnb ne reconnaisse il y a quelques jours dans un courrier adressé à ses utilisateurs et aux autorités new-yorkaises, avoir préalablement à la diffusion de son listing en fin d’année dernière, expurgé le-dit listing de près de 1500 offres de locations multiples qui ne faisaient pas joli sur la photo… 1500 offres sur les 37 000 disponibles sur la page New York d’Airbnb.

Mais comme le note Bloomberg, il y a pire, puisque ce ménage n’aurait été que temporaire. Beaucoup des offres qui avaient en effet fort oppotunément disparues au moment de la transmission du listing aux autortiés new-yorkaises, étant ré-apparues par la suite.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Airbnb-new-york-ny-lobbying

New York oblige Airbnb à communiquer les noms et adresses de ses “hôtes”

De son côté, le groupe Internet réagit en accusant la mairie de New York de corruption et en publiant une liste des membres du conseil de la mairie de New York qui auraient reçu des centaines de milliers de dollars en contributions de campagne de la part de l’industrie hôtelière.

Les petits luxes d’Airbnb

Le groupe Internet va lancer deux programmes haut de gamme, “Airbnb Plus” et “Beyond by Airbnb”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.