En continu
Accueil / Expresso / Le South China Morning Post repasse au gratuit

Le South China Morning Post repasse au gratuit

PARTAGER CET ARTICLE

Le quotidien de Hong Kong racheté il y a quatre mois par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba (pour 266 millions de dollars), vient de fermer son “paywall”, une formule qui proposait à ses lecteurs de payer au-delà d’un certain nombre d’articles lus. 

Alibaba est un concurrent d’Amazon, dont le fondateur, Jeff Bezos, a lui-même racheté le Washington Post. “Notre objectif, maintenant, ce n’est pas de trouver le bon modèle économique. Nous devons en priorité nous adapter aux habitudes de nos lecteurs”, a déclaré Jack Ma, le PD-G fondateur d’Alibaba.

Ceci étant posé, ce revirement stratégique ne résout pas l’équation de la rentabilité du South China Morning Post dont les abonnements papier ne cessent de plonger. Pour l’heure le journal continuera de s’en remettre pour partie à la publicité en ligne pour tenter de booster son chiffre d’affaires.

“Beaucoup de gens pensent que sur Internet tout doit être gratuit, mais cela n’est pas aussi simple”, a ajouté Jack Ma.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Carrefour mise sur le digital et supprime 2400 emplois

Le groupe va consacrer 2,8 milliards d'euros au digital dans les cinq années à venir.

Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Les informations révélées, dimanche 5 novembre 2017, dans le cadre des "Paradise Papers" (une grande enquête menée par le "Consortium international des journalistes d'investigation" (ICIJ), sur la base de millions de documents provenant pour partie du cabinet d'avocats Appleby-Estera, permettent de confirmer ce dont l'on se doutait déjà, à savoir que des proches du président russe, Vladimir Poutine, ont utilisé DST Global, le fonds d'investissement contrôlé par le milliardaire russe Youri Milner pour faire leur marché dans la Silicon Valley et réaliser de très confortables plus-values.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.