Accueil / Expresso / Le South China Morning Post repasse au gratuit

Le South China Morning Post repasse au gratuit

PARTAGER CET ARTICLE

Le quotidien de Hong Kong racheté il y a quatre mois par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba (pour 266 millions de dollars), vient de fermer son “paywall”, une formule qui proposait à ses lecteurs de payer au-delà d’un certain nombre d’articles lus. 

Alibaba est un concurrent d’Amazon, dont le fondateur, Jeff Bezos, a lui-même racheté le Washington Post. “Notre objectif, maintenant, ce n’est pas de trouver le bon modèle économique. Nous devons en priorité nous adapter aux habitudes de nos lecteurs”, a déclaré Jack Ma, le PD-G fondateur d’Alibaba.

Ceci étant posé, ce revirement stratégique ne résout pas l’équation de la rentabilité du South China Morning Post dont les abonnements papier ne cessent de plonger. Pour l’heure le journal continuera de s’en remettre pour partie à la publicité en ligne pour tenter de booster son chiffre d’affaires.

“Beaucoup de gens pensent que sur Internet tout doit être gratuit, mais cela n’est pas aussi simple”, a ajouté Jack Ma.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Xiaozhu-facial-recognition

Le concurrent chinois d’Airbnb mise sur la reconnaissance faciale

Cette technologie développée par le groupe Alibaba, également actionnaire de Xiaozhu (l’équivalent chinois d’Airbnb) va être testée dans la ville de Chengdu (province de Zhejiang)

Chine-1984-Xi-Jinping-Big-Brother-China

La Chine met en place un système de contrôle social de sa population

Ce système de "crédit social" dépasse toutes les anticipations formulées par l’écrivain George Orwell dans son roman “1984”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.