Accueil / NewZilla.NET / Didi, le groupe Internet chinois qui fait trembler Uber

Didi, le groupe Internet chinois qui fait trembler Uber

Soutenu par le réseau social Tencent et le géant du e-commerce Alibaba, Didi (dans lequel Apple vient d’investir un milliard de dollars) viserait, selon Bloomberg et Reuters, une introduction à la bourse de New York, probablement à l’horizon 2018.

 

La semaine dernière, quelques heures après avoir rencontré le PD-G fondateur d’Uber, Travis Kalanick, le PD-G d’Apple, Tim Cook, décidait d’investir un milliard de dollars dans le concurrent direct d’Uber en Chine, Didi Chuxing.

Une mauvaise nouvelle pour le groupe Internet Uber qui perd déjà près d’un milliard de dollars par an sur le marché chinois dans une course effrénée aux parts de marché, lancée précisément contre Didi Chuxing.

didi-chuxing-uber-tencent-alibaba

Désormais valorisé à plus de 25 milliards de dollars, le principal concurrent d’Uber en Chine dont le président, Jean Liu, a rencontré Tim Cook lundi 15 mai à Pékin, envisagerait désormais selon des sources concordantes citées par l’agence Reuters et Bloomberg de s’introduire en bourse aux Etats-Unis, Reuters parlant même d’une opération qui pourrait être conduite dès 2018.

Tencent, Apple et Alibaba

Si tel était le cas, l’arrivée à la bourse de New York de Didi Chuxing constituerait la plus grosse introduction en bourse d’un groupe chinois, depuis celle du géant du commerce en ligne (et concurrent potentiel d’Amazon) Alibaba, il y a bientôt deux ans.

Didi, qui compte parmi ses principaux soutiens financiers Alibaba et le groupe Internet chinois Tencent, réalise aujourd’hui 11 millions de courses par jour en Chine et a déjà levé près de 6,3 milliards de dollars.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

longchamp-wechat-luxury

Longchamp, Burberry, Givenchy, Dior… les marques de luxe adoptent WeChat

Pour tenter de s'imposer sur le marché chinois, les grandes marque de luxe occidentales, déjà présentes sur Alibaba, testent maintenant la vente directe et/ou la vente "flash" de leurs produits de référence sur WeChat, cette application du groupe Tencent qui compte déjà plus de 900 millions d'utilisateurs dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.