Accueil / NewZilla.NET / De la téléphonie mobile et du développement des cellules cancéreuses chez le rat

De la téléphonie mobile et du développement des cellules cancéreuses chez le rat

Nous sommes en 2016 et la communauté scientifique ainsi que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) n’ont pas encore clairement tranché pour savoir si, oui ou non, les champs électromagnétiques produits par les téléphones portables constituent avec certitude un risque sanitaire pour l’Homme.

 

En 2014, l’OMS indiquait qu’elle procéderait d’ici à 2016 à une évaluation formelle du risque pour tous les effets sur la santé dus à une exposition à des champs de radiofréquences… Les résultats devraient donc être publiés d’ici peu!

En attendant aux Etats-Unis, une étude gouvernementale du National Toxicology Program menée pendant deux ans (et disponible ici) sur un millier de rats, tendrait à démontrer qu’il existe un lien (même minime) entre l’exposition aux radiations de fréquences radio, comme celles émises par nos smartphones et le développement chez le rat (mâle) de différents types de tumeurs cancéreuses.

Les rats mâles plus vulnérables?

En effet sur l’échantillon étudié, seuls les rats mâles (et encore dans des proportions assez faibles allant de 1% à 6% des cas) présenteraient ce type de symptômes.

Une donnée à laquelle il convient d’ajouter un autre élément tout aussi surprenant, à savoir que s’ils ne développent pas (et pour cause de tumeurs cancéreuses), le groupe témoin composé de rats n’ayant reçu aucune radiation, présente, lui une espérance de vie inférieure.

Difficile donc, à ce stade, d’extrapoler ces résultats pour l’espèce humaine. Dans ces conditions l’évaluation promise par l’OMS, ne devrait que présenter que plus d’intérêt.

A lire aussi

cameron-lycamobile-boris-johnson

Lycamobile au coeur d’une enquête sur du blanchiment d’argent et de l’escroquerie à la TVA

Selon le site d'information BuzzFeed, 19 personnes ont été arrêtées à Paris et en région parisienne, et neuf d’entre elles ont été mises en examen vendredi 17 juin 2016, dont le directeur général de Lycamobile en France, dans une affaire de réseaux de blanchiment d'argent liés à la criminalité et d'escroquerie à la TVA.

malaria

RAM, une technologie pour diagnostiquer le paludisme en 5 secondes (VIDEO)

John Lewandowski, chercheur au MIT (Massachusetts Institute of Technology) aux Etats-Unis, a mis au point un appareil capable de détecter la présence de la malaria (ou paludisme) chez un patient, en cinq secondes par l'analyse d'une simple goutte de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.