En continu
Accueil / NewZilla.NET / L’Arabie saoudite investit 3,5 milliards de dollars dans Uber

L’Arabie saoudite investit 3,5 milliards de dollars dans Uber

Engagé dans une politique de diversification de ses revenus à long terme du pays, portée notamment par la baisse du cours du pétrole, le fonds souverain du royaume investit dans le groupe Internet et siègera à ce titre au conseil d’administration d’Uber.

 

Bis repetita.

Trois mois après avoir accueilli à bras ouverts une prise de participation de 200 millions de dollars de la part de l’oligarque russe Mikhail Fridman (cf. NewZilla.NET du 12 février 2016), le groupe Internet Uber et son fondateur Travis Kalanick ouvrent de nouveau le capital d’Uber, à un autre grand champion de l’éthique, de la morale et du respect des Droits de l’Homme, en acceptant une prise de participation de 3,5 milliards de dollars de la part du fonds souverain du royaume d’Arabie saoudite.

uber-saudi-arabia-investmentCette entrée au capital du groupe Internet s’effectue sur la base d’une valorisation virtuelle (la société n’étant pas cotée en bourse) de 62,5 milliards de dollars. Depuis sa création en mars 2009, Uber a ainsi levé plus de 12,5 milliards de dollars auprès de 56 investisseurs.

Bénéficier aux passagers

Les relations entre Uber et l’Arabie saoudite ne sont pas nouvelles, puisque le groupe Internet est déjà présent dans cinq villes de ce pays, où rappelons-le à toutes fins utiles, les femmes (si elles peuvent désormais voter) n’ont toujours pas le droit de conduire.

Notre expérience en Arabie saoudite est un très bon exemple de la manière dont Uber peut bénéficier aux passagers, aux conducteurs et aux villes », a ainsi commenté Travis Kalanick, cité par l’AFP.

A lire aussi

Uber-privacy

Uber veut limiter le temps de travail de ses chauffeurs VTC

Pour lutter contre la fatigue, le surmenage et les prises de risques inutiles, le groupe Internet veut empêcher que “ses” chauffeurs de travailler plus de 10 heures d’affilée.

wulo-uber-vtc

Wulo, un Uber associatif créé par des élèves de l’Ecole 42

Ce nouveau concept de VTC propose des tarifs plus bas que la concurrence et en particulier que le groupe Internet américain Uber, car elle ne prélève pas de commission sur les courses réalisées par ses chauffeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.