En continu
Accueil / Livres / Les PUF, une renaissance à la demande

Les PUF, une renaissance à la demande

PARTAGER CET ARTICLE
Les PUF (Presses universitaires de France) ont rouvert boutique, rue Monsieur-Le-Prince à Paris, autour d’un tout nouveau modèle économique pour cette vieille institution de l’édition, l’impression à la demande.

 

Créées en 1921, et longtemps installées Place de la Sorbonne à Paris, les Presses universitaires de France (et sa collection phare les “Que sais-je?”) avaient dû renoncer il y a dix ans, faute de clients, à cet emplacement hautement symbolique. En mars dernier, les PUF ont cependant refait surface à quelques encablures de là, avec un nouvel espace de vente un peu particulier.

Car cette fois-ci la librairie classique à céder la place à un espace de téléchargement et d’impression de livres à la demande. Un endroit où la machine à café Expresso serait remplacer par une machine à imprimer Expresso, une technologie fournit par un prestataire américain, On Demand Books.

41UrYe5TsOL._OU08_AC_UL320_SR212,320_Résultat, sur les 80 m2 de la boutique, plus de 5 000 références (du catalogue PUF) sont à sélectionner sur tablette numérique avant impression.

Après avoir fait son choix, le client peut même ajouter quelques notes de sa main. 2 000 titres supplémentaires (en provenance d’autres maisons d’édition) devraient venir enrichir cette dans les prochains mois.

30 à 40 exemplaires par jour

Et encore ne parle-t-on ici que des ouvrages en langue française, car en pratique ce sont déjà 3 millions d’ouvrages fournit par On Demand Books, dont beaucoup déjà tombés dans le domaine public qui sont déjà disponibles.

“Au départ, nous avions prévu de vendre entre 10 à 15 exemplaires par jour, mais nous tournons aujourd’hui entre 30 à 40 impressions quotidiennes”, explique au New York Times Alexandre Godefroy, le directeur de cette librairie du 21ème siècle. Des débuts encourageants qui pourraient déboucher sur de nouvelles implantations en province: à Lille, à Bordeaux ou à Lyon.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Airbnb condamné dans une affaire de sous-location illégale à Paris

Le groupe Internet a été reconnu responsable par le Tribunal de grande instance de Paris d’avoir laissé en ligne une annonce de sous-location illégale et devra reverser au propriétaire de l’appartement concerné 1869,07 euros correspondant aux frais de réservation perçus. Airbnb va faire appel de cette décision de justice.

Facebook va investir 10 millions d’euros dans l’intelligence artificielle en France

Le réseau social, par ailleurs passé maître dans les techniques d’optimisation fiscale, sort le carnet de chèque et mise plusieurs millions d’euros (une goutte d’eau à l’échelle du chiffre d’affaires généré dans l’Hexagone) sur la recherche sur l’intelligence artificielle en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.