En continu
Accueil / NewZilla.NET / Attentats de Paris: Facebook, Google et Twitter sur le banc des accusés

Attentats de Paris: Facebook, Google et Twitter sur le banc des accusés

Les trois groupes Internet sont poursuivis en justice par la famille de Nohemi Gonzalez, l’une des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Ils sont accusés d’avoir servi de support matériel (et donc technologique) aux terroristes pour la diffusion (et la célébration) de leurs actes criminels.

 

Ni responsables, ni coupables. Le credo officiel entonné par certains groupes Internet pour se dédouaner de leur responsabilité dans la perpétration d’actes de terrorisme, est parfois très difficile à accepter pour les familles des victimes.

Dernier exemple en date à San Francisco (en Californie) où la famille de Nohemi Gonzalez, qui a perdu la vie lors des attaques terroristes du 13 novembre 2015 à Paris, a décidé de poursuivre en justice Facebook, Google, et Twitter, arguant que ces groupes Internet ont fourni aux terroristes les outils technologiques avec lesquels ils ont diffusé leurs messages d’horreur et de haine.

Nohemi-Gonzalez-Paris-Attacks
Nohemi Gonzalez, assassinée le 13 novembre 2015 à Paris.

 

Les trois multinationales du Net ont réagi très vivement à ces allégations. « Il n’y a pas de place pour les terroristes, ou les contenus qui font la promotion du terrorisme sur Facebook, et nous faisons tout notre possible pour retirer ces contenus dès que nous sommes prévenus de leur diffusion sur notre plate-forme », explique le groupe Internet dans un courriel, cité par USA Today. « N’importe qui peut nous signaler ce type d’information, et nous traitons ces signalements avec la plus grande diligence. Et si nous avons quelque information sur la probabilité d’une attaque terroriste, nous prévenons les forces de l’ordre. »

S’il est incontestable que Facebook fait tout son possible en la matière, il l’est malheureusement tout autant, que le réseau social est parfois totalement dépassé par le cours des évènements.

125 000 comptes Twitter fermés en six mois

Que dire en effet d’un terroriste qui, comme cela est arrivé cette semaine à Magnanville (Yvelines), revendique en direct sur Facebook, les assassinats qu’il vient de commettre. Une fonctionnalité comme Facebook Live, équivalent maison du Periscope de Twitter, permettant de diffuser en direct au monde entier une séquence vidéo.

Même indignation du côté de Google (et de sa filiale YouTube) mais aussi de Twitter. Mais là encore, si les géants du Net ont pris des mesures contre la radicalisation en ligne, celles-ci ne semblent pas suffisantes.

En février 2016, Twitter indiquait ainsi avoir fermés au cours des six derniers mois 125 000 comptes d’une organisation terroriste. Preuve, s’il en était que le réseau social de micro-blogging est encore très prisé de ces groupes d’assassins.

 

A lire aussi

smartphone-classe-classroom-education

Une étude universitaire fait le lien entre l’utilisation du smartphone en classe et la baisse des résultats scolaires

Selon une étude menée par les universités belges de Gand et d’Anvers, il existe un lien direct entre l’utilisation du smartphone en cours et la baisse de niveau des résultats scolaires.

Andy-Brigitte-Chatelet-Les-Halles-Paris

Andy, 22 ans, mort sur Snapchat à la station RER Châtelet-Les Halles à Paris

Andy Brigitte avait 22 ans. Il a été poignardé à mort vendredi 12 janvier 2018, à Paris, à la station RER Châtelet-Les Halles, sous les yeux de plusieurs dizaines de personnes qui, loin de lui porter secours, l’ont regardé mourir, filmant la scène avec leur téléphone mobile et postant la séquence sur Snapchat ou sur YouTube. Effroyable et glaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.