En continu
Accueil / Airbnb / Les professionnels du tourisme déposent plainte contre Airbnb

Les professionnels du tourisme déposent plainte contre Airbnb

PARTAGER CET ARTICLE
Une plainte a été déposée au parquet de Paris afin de dénoncer la “concurrence déloyale” de plateformes de location de meublés en ligne (de type Airbnb), rapporte l’AFP.

 

Le temps se couvre pour Airbnb. Après le camouflet de Berlin (cf. NewZilla.NET du 3 mai 2016), et avant ce qui semble bien être une nouvelle loi anti-Airbnb dans l’Etat de New York (Etats-Unis), à Paris, les professionnels du tourisme ont décidé de mettre la pression sur la représentation parlementaire, en annonçant le dépôt d’une plainte pour “concurrence déloyale” de plateformes de location de meublés en ligne (de type Airbnb).

De son côté Airbnb a annoncé il y a quelques jours l’élargissement de la collecte de la taxe de séjour à 18 nouvelles localités en France (cf. NewZilla.NET du 15 juin 2016)

L’information, communiquée à l’AFP, fait en réalité référence à un dépôt de plainte en novembre dernier par l‘Association pour un hébergement et un tourisme professionnels (Ahtop), une association créée en juillet 2015 pour “fédérer les acteurs du tourisme”, des syndicats professionnels et des hôteliers. 

“61 personnes représentant 500 entreprises du secteur du tourisme ont déposé une plainte en novembre dernier, à l’encontre de différentes plateformes collaboratives et numériques, la plus significative étant Airbnb, mais il n’y a pas qu’elle, afin de dénoncer une concurrence déloyale de leur part”, a expliqué à l’AFP Jean-Bernard Falco, président fondateur de l’Ahtop, qui affirme fédérer au total 30 000 professionnels du secteur touristique.

Procédure d'enregistrement

La communication de ce dépôt de plainte ne doit rien au hasard car la Parlement planche aujourd’hui sur le projet de loi numérique qui doit notamment fixer les conditions d’exercice d’activité des plateformes de location de meublés en ligne.

Fin avril, le Sénat a adopté un amendement au projet de loi numérique autorisant les communes de plus de 200 000 habitants à rendre obligatoire l’enregistrement de locations ponctuelles via des sites Internet.

Aujourd’hui l’Ahtop demande l’inscription dans l’actuel projet de loi “la nécessité de justifier de sa qualité de propriétaire, ou de l’autorisation du bailleur, pour louer un bien sur ces plateformes ; l’obligation pour les plateformes de déclarer les revenus de leurs utilisateurs à l’administration fiscale ; la possibilité pour les communes de mettre en place une procédure d’enregistrement du loueur et enfin l’obligation pour les plateformes de s’assurer que nulle résidence principale n’est louée plus de 120 jours par an par leur intermédiaire“, souligne Jean-Bernard Falco, cité par l’AFP.

 

A lire aussi sur NewZilla.NET

Les petits luxes d’Airbnb

Le groupe Internet va lancer deux programmes haut de gamme, “Airbnb Plus” et “Beyond by Airbnb”.

Airbnb condamné dans une affaire de sous-location illégale à Paris

Le groupe Internet a été reconnu responsable par le Tribunal de grande instance de Paris d’avoir laissé en ligne une annonce de sous-location illégale et devra reverser au propriétaire de l’appartement concerné 1869,07 euros correspondant aux frais de réservation perçus. Airbnb va faire appel de cette décision de justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.