Accueil / Instagram / Instax Share SP-2, pour imprimer ses photos Instagram en 10 secondes

Instax Share SP-2, pour imprimer ses photos Instagram en 10 secondes

Fujifilm s’apprête à commercialiser la seconde génération de son imprimante de poche Instax Share. Plus rapide, plus « performante », dotée de nouvelles fonctionnalités, la SP-2 sera disponible au mois de juillet 2016 pour 199 dollars.

 

Certes les nostalgiques du bon vieux Polaroïd feront certainement la moue, mais il n’est pas interdit de dire (et d’écrire) que l’Instax Share SP-2, l’imprimante de poche de Fujifilm, compte parmi ses dignes descendantes.

La seconde génération de ce type d’imprimante sera commercialisée le mois prochain au prix de 199 dollars, a annoncé Fujifilm dans un communiqué. Dédiée en partie à l’impression de photos Instagram, l’Instax Share SP-2 fonctionne avec des cartouches Instax Mini de 10 clichés (et de la taille d’une carte de crédit).

Application et connexion Wi-Fi

Fujifilm-Instax-Share-SP-2-printer-InstagramConcrètement, l’utilisateur doit dans un premier temps télécharger l’application de l’imprimante sur son smartphone, se connecter en Wi-Fi avec l’appareil, sélectionner une photo et lancer l’impression, qui ne prend désormais pas plus de 10 secondes.

Pour cette seconde génération (le premier modèle était sorti en 2014), Fujifilm à ajouter plusieurs fonctionnalités, de nouveaux filtres, mais aussi la possibilité faire des collages, , de faire apparaître directement sur les photos les « likes », ou les commentaires afférents, et de régler la luminosité, le contraste et la saturation des couleurs.

A lire aussi

snapchat-instagram-facebook

Facebook, le péril jeune

Selon une étude publiée par le cabinet eMarketer les 12-17 ans et les 18-24 ans délaissent massivement Facebook pour Instagram et Snapchat qui pourrait même devenir dès la fin de l'année 2017 le réseau social le plus utilisé par les 12-24 ans. 

cyber-harcelement

54% des jeunes victimes de cyber-harcèlement (VIDEO)

Selon le dernier rapport publié par l’association britannique Ditch the Label, plus de la moitié des jeunes interrogés se dit victime de harcèlement en ligne et notamment sur les réseaux sociaux, à commencer par Instagram, Facebook et Snapchat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.