Accueil / Facebook / (MISE A JOUR) Données de géolocalisation et recommandation d’amis: Facebook revient sur ses propos

(MISE A JOUR) Données de géolocalisation et recommandation d’amis: Facebook revient sur ses propos

C’est un bug de communication comme on en voit rarement de nos jours dans les groupes Internet de la Silicon Valley. Le type de pataquès d’autant plus rare que comme Facebook, la société est cotée en bourse.

 

(MISE A JOUR / MERCREDI 29 JUIN 2016) Il y a quelques jours, un porte-parole de Facebook confirmait au site Fusion.net que le réseau social utilisait les données de géolocalisation de ses membres pour leur suggérer de « nouveaux amis ». Aujourd’hui, dans un exercice de rétro-pédalage peu commun, Facebook revient sur ces déclarations, affirmant, cette fois-ci, qu’il n’en est rien. En fait, le réseau social a bel et bien mené il y a quelques mois une expérience pilote sur ces bases, expérience qui, officiellement, se serait avérée peu concluante.

Première parution le 28 juin 2016

Facebook utilise vos données de géolocalisation pour vous suggérer de « nouveaux amis »

« Vous connaissez peut-être »… (« People you may know », pour les anglophones), la liste de noms que vous suggère Facebook dans cette rubrique ne doit rien au hasard. Elle est basée pour partie sur des informations à caractère professionnel, sur les relations que vous pouvez avoir en commun avec telle ou telle personne, mais aussi sur les lieux dans lesquels vous vous trouvez et que vous fréquentez. Rien de bien rassurant en ce qui concerne le respect de la vie privée à l’ère du big data et du croisement de données.

Selon des déclarations faites par un porte-parole de Facebook au site Fusion.net, le réseau social (également propriétaire de WhatsApp et d’Instagram) utilise nos données de géolocalisation pour nous suggérer de nouveaux amis ou de nouvelles relations quand nous nous connectons.

"Apprenti sorcier du Big Data"

Certes, il ne s’agit pas là du seul et unique critère de sélection de ces « nouveaux amis », et l’on sait déjà que Facebook exploite nos données de géolocalisation pour savoir, par exemple, où nous allons faire nos courses, mais, il n’en demeure pas moins que ce côté « apprenti sorcier du Big Data » ne dit, en réalité, rien qui vaille.

facebook-privacyCar, à la question de savoir si l’on a envie de voir apparaître dans notre profil Facebook le nom et la photo de toutes les personnes que nous sommes amenés à croiser au quotidien, il se peut bien que la réponse ne soit pas totalement positive.

En conséquence, si vous avez déjà pris la précaution de limité la visibilité de votre profil Facebook, en gérant au mieux la rubrique « paramètres de confidentialité » sur le réseau social, il serait donc tout aussi utile si vous n’en éprouvez pas un besoin impérieux d’interdire sur votre smartphone à Facebook d’accéder à vos données de géolocalisation.

A lire aussi

Snatap

Après les usines à (faux) clics, Snatap, la machine à (faux) “likes” (VIDEO)

Snatap, une société russe, affirme avoir installé dans des centres commerciaux situés en Allemagne, en Russie, en Pologne et en République tchèque, une machine à “likes” grâce à laquelle chacun peut s’acheter à vil prix une popularité on ne peut plus virtuelle sur Facebook ou sur Instagram.

IBM-Sacem-Watson-URights-big-data

La Sacem investit dans le big data pour mieux rémunérer auteurs et ayants droit (VIDEO)

La société de gestion des droits d’auteur conclut un partenariat (de 10 ans) avec IBM pour développer URights une solution à base de big data (traitement massif des données), de cloud computing et d’intelligence artificielle pour analyser au mieux les données de diffusion collectées et générées par les sites de streaming.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.