En continu
Accueil / NewZilla.NET / Avec UberCENTRAL, les entreprises peuvent réserver (et offrir) des courses à leurs clients (VIDEO)

Avec UberCENTRAL, les entreprises peuvent réserver (et offrir) des courses à leurs clients (VIDEO)

Réserver, planifier, voire offrir des courses en Uber à des clients pas toujours férus de technologie, qui ne possèdent pas de smartphone, ou qui n’ont pas (et ne comptent pas forcément) installer l’application Uber…

 

Telle est la vocation d’UberCENTRAL, un nouveau service de réservation de véhicules récemment mis en place par Uber (Cf. NewZilla.NET du 29 juillet 2016) aux Etats-Unis et qui devrait à terme être déployé dans la majorité des 76 pays où le groupe Internet est aujourd’hui présent.

Testé pendant plusieurs mois auprès d’hôtels ou de grands magasins (comme l’enseigne Bloomingdale’s) UberCENTRAL, permet à une entreprise de prendre en charge financièrement et de gérer de A à Z, le trajet de certains de ses clients.

Aujourd'hui, Uber "vaut" 66 milliards de dollars

Comme, par exemple, à l’occasion de soldes privés, pour des navettes hôtel-aéroport, ou bien encore tout récemment, à Philadelphie, pour les visites organisées par le Parti démocrate pour ses délégués en marge de sa convention pour la désignation de sa candidate à l’élection présidentielle.

Avec ce nouveau service, Uber (aujourd’hui valorisé 66 milliards de dollars soit 16 milliards de plus que General Motors) entend élargir sa base utilisateurs.

Et, selon une étude du Pew Research, dans ce domaine, le potentiel est encore très important, car pour le seul marché américain, 33% des personnes interrogées déclarent n’avoir jamais entendu parler d’Uber, ou de son concurrent outre-Atlantique Lyft, et plus de la moitié (51%) affirme ne jamais avoir utilisé ce type de service.

A lire aussi

heetch

Heetch et ses dirigeants condamnés à verser 441 000 euros aux chauffeurs de taxi (VIDEO)

La start-up Heetch et ses dirigeants, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob, ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Paris à verser 441 000 euros en réparation du préjudice moral causé aux 1463 chauffeurs de taxi qui étaient parties civiles au procès.

Uber-Brésil-SaoPaulo

Pour la justice brésilienne, un chauffeur de VTC Uber est un salarié comme un autre

Un juge brésilien Judge Marcio Toledo Gonçalves a condamné lundi 13 février 2017 Uber à verser 30 000 reais (l'équivalent de 9 400 euros) à l'un de ses chauffeurs VTC, considéré comme un salarié comme un autre, au titre des heures supplémentaires et pour couvrir d'autres frais (congés payés...). Uber a annoncé son intention de faire appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.