Accueil / e-book / Kobo, la liseuse qui ne prend pas l’eau

Kobo, la liseuse qui ne prend pas l’eau

PARTAGER CET ARTICLE
Kobo, le discret concurrent d’Amazon sur le marché des liseuses d’ouvrages sous format électronique (distribué en France par la Fnac), sort le Kobo Aura One, sa deuxième génération de liseuse étanche (“waterproof” pour les anglophones).

 

Avec Kobo, plus besoin de lire au bord de la piscine, autant lire directement DANS la piscine. Une liseuse qui résiste à la pression pendant une heure et sous 2 mètres d’eau, c’est en effet le pari technologique de la Kobo Aura One, la dernière-née du fabricant canadien Kobo.

Si elle ne donne bien évidemment pas accès au catalogue Amazon (ce qui peut être frustrant), la Kobo tient tout de même son rang avec les 5 millions d’ebooks proposés sur le Kobo Store accessible en Wi-Fi.

Par ailleurs, pour les Etats-Unis (pour le moment) un système de prêt d’ebook, baptisé OverDrive, permettra aux futurs possesseurs de la Kobo Aura One d’emprunter gratuitement des livres électroniques sur le fond des bibliothèques les plus proches de chez eux.

Kobo

9 millimètres d’épaisseur, 230 grammes, 8Go de mémoire, un port Micro USB, une batterie dont l’autonomie annoncée est d’à peu près un mois, un écran de 7,8 pouces dont la luminosité s’adapte à celle de la pièce où l’on se trouve, en résumé, la Kobo Aura One, disponible à partir du 6 septembre prochain au prix de 230 dollars, s’annonce comme une concurrente sérieuse au Kindle Oasis, la liseuse haut-de-gamme d’Amazon (Cf. NewZilla.NET du 14 avril 2016).

 

A lire aussi sur NewZilla.NET

Netflix-VPN

Netflix continue de creuser sa dette

Face à l’arrivée imminente de nouveaux concurrents sur le marché de la SVOD, Netflix n’en finit pas engranger de nouveaux abonnés et poursuit sa fuite en avant financière supposée mener le groupe internet à la rentabilité. La prise de risque est maximum.

reconnaissance-faciale

85 ONG américaines demandent à Amazon, Google et Microsoft de ne pas mettre leurs technologies de reconnaissance faciale à la disposition des Etats

Ces organisations, dont l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) demande à ces trois géants de l’industrie du numérique qu’ils prennent des engagements fermes et s’engagent pour la défense des droits humains et des libertés publiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.