En continu
Accueil / Innovation / Start-Up / Ulule ouvre boutique

Ulule ouvre boutique

Le site de financement participatif (« crowdfunding ») ouvrira son premier magasin physique le 22 septembre prochain dans le quartier du Marais à Paris.

 

On savait que le financement participatif était une idée bien concrète, l’un de ses plus célèbres représentants en France et en Europe, la plate-forme Ulule, s’apprête pour sa part à passer du virtuel et réel en ouvrant le 22 septembre prochain dans le quartier du Marais à Paris.

Tout d’abord quelques chiffres. Pour palier le défaut de financement du secteur bancaire, le financement participatif ou « crowdfunding » est aujourd’hui une option crédible pour qui veut se lancer dans l’aventure de l’innovation. En 2015, en France, près de 300 millions d’euros ont ainsi été levés grâce à des campagnes de financement participatif.

Depuis sa création en 2010, Ulule, l’une des plates-formes de référence en la matière a contribué à soutenir plus de 14 000 initiatives en permettant de collecter près de 61 millions d’euros.

boutique-Ulule

Aujourd’hui (ou plutôt demain c’est-à-dire le 22 septembre 2016) Ulule ouvre son premier magasin physique. Mode, artisanat, food, édition, design… Une boutique « participative », une boutique « collaborative » où seront vendus les produits issus des campagnes de « crowdfunding » organisées sur le site Internet Ulule.com.

Ce nouveau lieu permettra aussi aux internautes de rencontrer des créateurs de projets ou d’assister au lancement de nouvelles campagnes, par leurs soins sélectionnés…

A lire aussi

economie-collaborative

Les nouvelles obligations de l’économie collaborative

Depuis le 1er mars 2017, les plates-formes dites « collaboratives » comme Airbnb, Drivy ou bien encore Le Bon Coin, sont tenues d’informer leurs utilisateurs de leurs obligations (souvent ignorées jusqu’à présent), fiscales et sociales.

airbnb-paris

Airbnb « propose » de limiter les locations meublées touristiques à 120 nuits par an à Paris

Airbnb indique qu'il va mettre en place des "limites automatisées" pour s'assurer que certains biens proposés sur Airbnb ne soient pas loués plus de 120 nuits par an, "sauf si les hôtes ont la permission requise pour le faire". Les représentants de l'industrie hôtelière dénoncent un "enfumage".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.