En continu
Accueil / Facebook / Facebook reconnait « une erreur de calcul » dans la mesure de son audience vidéo

Facebook reconnait « une erreur de calcul » dans la mesure de son audience vidéo

Depuis deux ans, le réseau social a surestimé le temps moyen de visionnage des séquences et des publicités vidéos diffusées sur sa plate-forme. Facebook, a fait son mea culpa, vendredi 23 septembre 2016, suite à la publication par le Wall Street Journal, d’un article remettant en cause la sincérité des « metrics » fournies aux annonceurs publicitaires par le réseau social.

 

Si vous êtes un important acteur de l’économie Internet, que vous sur-vendez depuis plusieurs années certains chiffres d’audience, et que vous êtes pris la main dans le pot de confiture comme un enfant de quatre ans, n’oubliez pas de faire un communiqué de presse pour signifier au monde entier à quel point vous tombez de l’armoire.

Vendredi 23 septembre 2016, soit un mois après la découverte du problème, et au lendemain de la parution dans le Wall Street Journal d’un article sur le sujet, Facebook a officiellement présenté ses excuses et reconnu « une erreur de calcul » dans la mesure de son audience vidéo sur les deux dernières années.

« Nous avons découvert une erreur dans la manière donc nous comptons l’une de nos unités de mesure », a expliqué le réseau social dans un communiqué. « Cette erreur a été réglée, sans que cela n’affecte nos prix, et nos partenaires ont été prévenus. »

Des écarts de 60% à 80%

Pour Facebook, qui désormais 1,71 milliards d’utilisateurs, il s’agit peut-être là d’un détail, mais du côté de certains grands noms de la publicité tels que Publicis ou GroupM, l’information ne prête pas vraiment à sourire. Car selon le Wall Street Journal, l’écart entre le temps moyen de visionnage annoncé par Facebook et le temps moyen de visionnage réel atteignait entre 60% et 80%.

facebook-video

« Cette erreur n’a pas eu d’impact sur la facturation », a indiqué dans un post, David Fischer, vice-président en charge des partenariats marketing chez Facebook. Malgré tout, cette communication quelque peu biaisée aura très certainement contribué à mettre à mal la confiance des annonceurs publicitaires dans Facebook. Le réseau social restant de toute façon pour eux, qu’ils le veuillent ou non, un partenaire incontournable.

Mais au-delà, outre que ce type d’information tombe plutôt mal pour un groupe Internet aujourd’hui coté en Bourse, cette « erreur de calcul » aura fait apparaître Facebook, comme plus performant que le réseau social ne l’était réellement, en particulier en comparaison de ses concurrents sur le marché de la publicité vidéo que sont YouTube ou Snapchat.

A lire aussi

station-f-paris

Airbnb passe un partenariat avec Station F, l’incubateur porté par Xavier Niel

Le groupe Internet met en place un partenariat aux allures promotionnelles à destination des 3000 startupeurs qui investiront dès cet été ce campus high-tech géant développé sur le site de l’ancienne Halle Freyssinet à Paris.

CR7-Ronaldo

CR7 décroche le jackpot sur les réseaux sociaux

En 2016, l’activité de Cristiano Ronaldo (alias CR7) sur Instagram, Facebook et Twitter a généré près de 500 millions de dollars de retombées financières pour son principal sponsor, l’équipementier Nike.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.