En continu
Accueil / Afrique / Les startup africaines ont levé 129 millions de dollars en 2016

Les startup africaines ont levé 129 millions de dollars en 2016

PARTAGER CET ARTICLE
Selon une étude publiée par le site Disrupt Africa, l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Egypte et le Kenya arrivent en tête de investissements réalisés, devant le Ghana et le Maroc.

 

En Afrique le financement des startup relève encore d’un phénomène paradoxal. Ainsi, si en 2016 le nombre de startup financées a très sensiblement augmenté, selon une étude publié par le site spécialisé Disrupt Africa, le montant total des investissements réalisés sur le contient a lui diminué.

Dans ce contexte un pays s’en sort tout de même particulièrement bien, l’Egypte (et ses 160 millions d’internautes) qui voit les investissements réalisés sur son territoire grimper de 105%.

startup-africaines

Sans doute portées par le retour à une certaine stabilité politique, les startup égyptiennes (à l’instar d’une startup comme Vezeeta spécialisée dans le domaine médical) sont parvenues à réunir 9,7 millions de dollars en 2016 contre 4,7 millions de dollars l’année précédente.

Autre point d’attractivité, le Maroc qui a attiré (notamment par une levée de fonds réalisée par la startup Beekast) près de 3,4 millions de dollars sur la même période.

Enfin, à son échelle, la Tunisie tire elle aussi son épingle du jeu avec 500 000 dollars réunis autour de projets comme Roamsmart (une solution de cloud computing destinée à réaliser des économies sur les coûts des communications téléphoniques en roaming), ou bien encore Expensya.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Uber se retire du Maroc

Après la Chine, après la Russie, et peut-être (selon des rumeurs persistantes) avant l’Inde, le sud-est asiatique et le reste de l’Afrique, le groupe Internet a choisi de se retirer (officiellement à titre temporaire) du Maroc.

Quirky 30, apprendre à coder dans les bidonvilles

En Afrique du Sud, la start-up Quirky 30 apprend à coder à la jeunesse des bidonvilles. Sihle Tshabalala a créé cette école informatique pour donner une seconde chance aux anciens détenus, aux mères adolescentes et aux jeunes qui se sont un temps perdus dans la drogue, raconte le blog Startupbrics.com. Une formation d’un an au numérique entièrement gratuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.