Accueil / NewZilla.NET / Quand Amazon, Google et Microsoft finançaient l’investiture de Donald Trump

Quand Amazon, Google et Microsoft finançaient l’investiture de Donald Trump

Selon le site d’information spécialisé Politico.com, de grands noms de l’économie Internet et du monde de la high-tech, aujourd’hui vent debout contre le décret anti-immigration pris par le président des Etats-Unis, Donald Trump, ont soutenu il y a quelques semaines à peine, matériellement et/ou financièrement, les cérémonies officielles d’investiture marquant son arrivée au pouvoir.

 

C’était il y a deux semaines, c’était il y a une éternité. Selon le site d’information spécialisé Politico.com, le 20 janvier dernier à Washington, les festivités qui ont marqué l’accession officielle au pouvoir du 45ème président des Etats-Unis, Donald Trump, ont été soutenues, voire même dans certains cas financées par de grands noms de sociétés issues de l’économie Internet et du monde de la high-tech.

Selon Politico.com qui a pu consulter des documents officiels, Microsoft aurait ainsi déboursé 250 000 dollars en liquide et autant en mise à disposition de solutions technologiques pour l’occasion.

Trump

De son côté Google, qui selon Politico.com y serait aussi allé de sa contribution financière, a pour sa part fourni sur YouTube, une retransmission en direct des cérémonies d’investiture.

YouTube et Instagram

Amazon, aurait également mis la main au porte-monnaie. A contrario de Facebook, qui se serait contenté de mettre à disposition des invités un mini « bureau oval » où se faire photographier avant de diffuser les clichés sur Instagram (propriété de Facebook).

Les contributions tant financières que matérielles aux cérémonies d’investiture sont habituelles aux Etats-Unis de la part des acteurs de la high-tech et de l’Internet, et doivent être avant tout considérées comme faisant partie intégrante d’une stratégie de lobbying.

Trump

Il n’en reste pas moins que cette année, de tels soutiens posent question. A l’été 2016, à l’occasion de la convention du Parti républicain à Cleveland (Ohio) qui allait introniser Donald Trump comme candidat à l’élection présidentielle pour le Parti républicain, Facebook, Microsoft, et Google avait déjà versé respectivement 1 million, 1,8 million et 500 000 dollars souligne Politico.com. A l’époque, Twitter et Uber étaient aussi de la partie.

Seuls HP, et Apple étaient restés en retrait. Le P-DG d’Apple, Tim Cook, expliquant alors tout le mal qu’il pensait des déclarations à l’emporte-pièce du candidat Donald Trump.

A lire aussi

uber-otto-waymo-google

Google réclame 1,8 milliard de dollars à Uber pour violation de brevet

Nouvelles accusations formulées à l'encontre d'Uber. Cette fois-ci, c'est Google qui monte au créneau par l'intermédiaire de Waymo, sa filiale dédiée au développement de voitures autonomes. Google soupçonne Uber d'avoir tiré profit d'un vol "calculé" de secret industriel au centre duquel se trouverait un certain Anthony Levandowski. Cet ancien ingénieur vedette du projet Google Car est accusé d'avoir dérobé près de 14 000 dossiers confidentiels lors de son départ de Google au début de l'année 2016.

nike-hyperadapt-1.0

Expresso NewZilla.NET #28 / Dimanche 10 septembre 2017

Echos du Net, petites phrases, citations et notes de (nouveaux) services sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu :  Nike, Ford, Domino's, Apple, Tim Cook, Françoise Nyssen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.