En continu
Accueil / Airbnb / Airbnb « propose » de limiter les locations meublées touristiques à 120 nuits par an à Paris

Airbnb « propose » de limiter les locations meublées touristiques à 120 nuits par an à Paris

Le groupe Internet indique qu’il va mettre en place des « limites automatisées » pour s’assurer que certains biens proposés sur Airbnb ne soient pas loués plus de 120 nuits par an, « sauf si les hôtes ont la permission requise pour le faire ». Les représentants de l’industrie hôtelière dénoncent un « enfumage ».

 

« Il n’y a rien de nouveau » dans la proposition d’Airbnb. » (…) « Les pouvoirs publics ne doivent pas se laisser enfumer par ces déclarations. » (…) « L’annonce d’Airbnb est une simple opération de communication pour s’acheter une bonne conduite », cité par l’AFP, Roland Heguy, président confédéral de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) n’en démord pas…

Pour lui l’initiative d’Airbnb qui vise à mettre en place des « limites automatisées » pour s’assurer que certains biens proposés sur Airbnb ne soient pas loués plus de 120 nuits par an, tient de la poudre aux yeux. 

airbnb-paris

Et pour cause! Avec cette initiative, sans doute destinée à calmer quelque peu les esprits, le groupe Internet enfonce avant tout une porte ouverte puisque, selon la loi Alur, adoptée en 2014, il est interdit de louer sa résidence principale plus de 120 nuits par an.

Ce qui pose en réalité problème à Airbnb et que le groupe Internet souhaiterait éviter à tout prix, ce sont les dispositions votées dans le cadre de la récente loi pour une république numérique.

Un texte, dont les décrets d’application (attendus pour la fin du mois d’avril 2017), ne sont pas encore sortis, mais qui obligerait les personnes souhaitant louer leur résidence dans certaines villes comme Paris de s’enregistrer auprès de la mairie. Un texte qu’Airbnb juge « trop complexe » et considère comme un « repoussoir » pour ses hôtes parisiens.

A lire aussi

station-f-paris

Airbnb passe un partenariat avec Station F, l’incubateur porté par Xavier Niel

Le groupe Internet met en place un partenariat aux allures promotionnelles à destination des 3000 startupeurs qui investiront dès cet été ce campus high-tech géant développé sur le site de l’ancienne Halle Freyssinet à Paris.

economie-collaborative

Les nouvelles obligations de l’économie collaborative

Depuis le 1er mars 2017, les plates-formes dites « collaboratives » comme Airbnb, Drivy ou bien encore Le Bon Coin, sont tenues d’informer leurs utilisateurs de leurs obligations (souvent ignorées jusqu’à présent), fiscales et sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.