Accueil / Afrique / Pierre Omidyar, co-fondateur d’eBay, va tester le revenu universel de base au Kenya

Pierre Omidyar, co-fondateur d’eBay, va tester le revenu universel de base au Kenya

PARTAGER CET ARTICLE
Le milliardaire philanthrope débloque une enveloppe de 500 000 dollars pour verser pendant 12 ans un revenu universel de base à 26 000 Kényans pendant 12 ans.

 

Portée en France par Benoit Hamon dans le cadre de la campagne présidentielle, aujourd’hui testé au Canada, l’idée d’un revenu universel a le vent en poupe. Dernière initiative en date, celle de Pierre Omidyar, co-fondateur d’eBay, et aujourd’hui milliardaire.

Ce personnage aussi emblématique qu’historique de l’économie Internet et de la Silicon Valley, aujourd’hui à la tête de sa propre fondation Omidyar Network, a décidé de verser 500 000 dollars à GiveDirectly, un programme destiné à tester sur le long terme les effets du revenu universel de base sur une population donnée. Il s’en explique dans un post publié sur Medium.

pierre-omidyar-kenya-revenu-universel

L’idée est de verser à 26 000 personnes vivant dans 200 villages au Kenya, un revenu de base, 6 000 d’entre elles bénéficiant de cette mesure sur une durée de 12 ans. Les personnes sélectionnées toucheront 0,75$ par jour c’est-à-dire la moitié du revenu moyen d’un adulte vivant en milieu rural au Kenya.

L’objectif est ici d’observer les comportements de bénéficiaires qui n’auront plus à travailler pour se nourrir et pourront dans l’absolu développer des projets plus personnels.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Solar-cow

Solar Cow, une vache à lait… électrique pour favoriser la scolarisation des enfants en Afrique

Ce projet, porté par une startup coréenne, et déjà testé dans une école kenyane, a été récompensé à l'occasion du salon AidEx 2018 à Bruxelles en novembre dernier, et a obtenu cette semaine un prix de l'innovation au CES 2019 de Las Vegas. 

Chine-Kenya

Le Kenya pourrait être contraint de céder le port de Mombasa à la Chine

Ce pays d’Afrique de l’Est est le dernier en date à tomber dans le piège de l’endettement savamment tendu par la Chine à ses débiteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.