En continu
Accueil / e-Commerce / L’application de messagerie instantanée Kik lance sa propre monnaie virtuelle (VIDEO)

L’application de messagerie instantanée Kik lance sa propre monnaie virtuelle (VIDEO)

PARTAGER CET ARTICLE
Réservée, dans un premier temps, aux 50 millions d’utilisateurs actifs mensuels du service, le Kin, permettra d’acheter et de commander de manière sécurisée des biens et des services directement à l’intérieur de l’application, ou de tout autre programme qui décidera d’adopter cette nouvelle monnaie virtuelle utilisant l’ERC20 Token de la blockchain Ethereum.

 

Au moment où le cours du Bitcoin (monnaie virtuelle favorite des réseaux criminels et de blanchiment d’argent) atteint des sommets – un Bitcoin vaut aujourd’hui 2500 dollars – et au moment où Microsoft, Facebook, Google, et Telegram lancent leurs propres solutions de paiement, l’application de messagerie instantanée d’origine canadienne Kik dévoile sa future monnaie virtuelle, le Kin.

Le lancement officiel de cette nouvelle monnaie virtuelle devrait intervenir dans les semaines à venir a indiqué dans un post publié sur Medium, le P-DG de Kik, Ted Livingston.

Pour mémoire, l’an passé, Kik avait été le premier acteur majeur de l’Internet à lancer son bot store, avant même le Messenger de Facebook. Mais jusqu’à présent pour effectuer des achats sur les bots hébergés chez Kik, les 50 millions d’utilisateurs actifs mensuels du service (sur 300 millions d’utilisateurs inscrits) devaient sortir de l’application pour communiquer leurs coordonnées de carte bancaire et/ou de carte de crédit.

Ouvert aux ados

Outre qu’il compliquait quelque peu l’acte d’achat ce procédé excluait souvent de facto un public adolescent – de 13 ans à 17 ans- (soit près d’un tiers des utilisateurs de Kik) qui ne possède parfois pas de tels moyens de paiement.

Kik-Kin

Avec le Kin, une monnaie virtuelle utilisant l’ERC20 Token de la blockchain Ethereum tout cela va changer. Le Kin, permettra d’acheter et de commander de manière sécurisée des biens et des services directement à l’intérieur de l’application.

Chaque utilisateur du service se verra attribuer un portefeuille de Kin qu’il pourra faire évoluer au gré de ses comportements au sein même de l’application. Le portefeuille de Kin alloué à chaque utilisateur permettra ainsi de retracer de manière entièrement sécurisée les retraits, dépôts, et transactions effectuées par le titulaire dudit portefeuille.

Si cette nouvelle monnaie virtuelle est accessible aux adolescents, les parents qui le souhaitent pourront tout de même désactiver le portefeuille de leur progéniture pour éviter ou prévenir les abus.

L'exemple WeChat

L’approche pour laquelle a opté Kik rappelle le positionnement d’une application comme WeChat, extrêmement populaire sur le marché chinois, et ce n’est peut-être pas totalement un hasard, car Tencent le groupe Internet propriétaire de WeChat a déjà investi 50 millions de dollars dans Kik, sur les 120 millions de dollars déjà levés par l’application de messagerie instantanée.

L’une des particularités de WeChat étant précisément de pouvoir accéder et payer une multitude de services, sans jamais sortir de l’application elle-même.

A lire aussi

Une faille de sécurité dans Telegram permettait de voler des messages cryptés (mais pas de les lire)

Mais cette vulnérabilité, découverte par l’éditeur de logiciel de cybersécurité russe Kaspersky, aurait aussi été utilisée par les pirates pour introduire dans des ordinateurs des programmes minant clandestinement des crypto-monnaies comme Monero ou Zcash.

Quand les ingénieurs russes tuent le temps en minant du Bitcoin

Les services secrets russes (FSB), dignes successeurs du KGB, ont arrêté plusieurs scientifiques russes. Ils sont accusés d’avoir utiliser la puissance de calcul du super-ordinateur d’une base militaire ultra-secrète stockant des missiles nucléaires, pour miner (c’est-à-dire créer pour leur propre compte) de la crypto-monnaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.