En continu
Accueil / Internet des objets / Des bracelets connectés en petite forme

Des bracelets connectés en petite forme

PARTAGER CET ARTICLE
Selon une étude menée par deux chercheuses de l’université de Stanford (Californie) la fiabilité de certaines mesures à caractère physiologique réalisées par les bracelets connectés laisse grandement à désirer.

 

Ce n’est plus une mode, c’est devenu l’un des gadgets indispensables pour qui souhaite aujourd’hui veiller à son niveau de forme et travailler à améliorer sa condition physique.

Les bracelets connectés font partie de notre quotidien, quand ils ne nous sont pas imposés (ou fortement suggérés) par un monde de l’entreprise dont la principale unité de mesure reste la “performance”

Mais ces équipements pour séduisants qu’ils soient, et qui mesurent notre rythme cardiaque, notre nombre de pas, notre dépense énergétique, voire notre qualité du sommeil sont-ils fiables?

Les conclusions d’une étude publiée dans le Journal of Personalized Medicine récemment et menée par Anna Shcherbina et Euan Ashley, spécialisées en médecine cardio-vasculaire à l’université de Stanford (Californie), permettent largement d’en douter.

Bracelet-connecte

Les deux chercheuses ont testé la fiabilité de 7 modèles de bracelets connectés (Apple Watch, Basis Peak, Fitibit Surge, Microsoft Band, Mio Alpha 2, PulseOn, Samsung Gear S2) sur une vingtaine d’hommes et de femmes.

93% d'erreur

Chaque participant portant, en même temps que les bracelets connectés sélectionnés pour l’étude, du matériel utilisé par les médecins pour mesurer l’activité électrique du cœur, et la dépense énergétique via l’air expiré.

Or, si concernant la mesure de la fréquence cardiaque les bracelets connectés obtiennent des résultats plus qu’honorables, il n’en va pas de même et il s’en faut de beaucoup quand il s’agit de mesurer le nombre de calories brûlées durant l’effort. Le décompte est ici très imprécis : aucun bracelet ne faisant mieux que 80 % de bonnes réponses, et l’un d’eux affichant même 93 % d’erreur.

A lire aussi sur NewZilla.NET

L’intelligence artificielle au risque du cybercrime

Dans un rapport publié ce mercredi 21 février 2018, 26 experts internationaux sonnent l'alarme sur les risques d'une utilisation malveillante de cette technologie par "des Etats voyous, des criminels, des terroristes".

De l’utilité de l’Apple Watch pour détecter le diabète

Selon une étude américaine, la montre connectée d’Apple serait capable de détecter le diabète chez des patients dans 85% des cas, en mesurant notamment leur fréquence cardiaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.