Accueil / Facebook / L’idée saugrenue de Facebook pour lutter contre le “revenge porn”

L’idée saugrenue de Facebook pour lutter contre le “revenge porn”

Pour tenter d’endiguer cette pratique qui consiste à diffuser en ligne des photos intimes de personnes sans leur consentement, Facebook propose au internautes de leur envoyer au préalable certaines de leurs photos intimes pour pouvoir en bloquer plus facilement la diffusion sur le réseau social.

 

L’expérience que conduit actuellement Facebook en Australie a de quoi soulever quelque interrogation.

Pour lutter contre le phénomène du “revenge porn”, une pratique qui consiste à mettre en ligne des photos intimes, voire à caractère sexuel, de personnes sans leur accord, le réseau social propose aux internautes de lui faire parvenir dans un premier temps des photos intimes.

L’idée, rapporte le site spécialisé Mashable, est de pouvoir apposer sur les photos reçues une empreinte numérique (du type watermarking) afin d’en empêcher plus facilement la diffusion sur sa plate-forme, ainsi que sur Messenger et Instagram, propriétés de Facebook.

revenge-porn-facebook

Dans un tweet, Alex Stamos, le responsable de la sécurité chez Facebook, indique qu’il est possible de créer une empreinte numérique qui puisse résister aux transformations de l’image, telles que le recadrage.

Mais cette pratique pose néanmoins plusieurs questions. Quid des photos volées? C’est-à-dire, des photos dont l’internaute n’a pas initialement conscience qu’elles ont été prises.

Par ailleurs, la solution imaginée par Facebook, si elle peut apparaître comme étant quelque peu incongrue est également limitée dans son périmètre, l’Internet ne se résumant pas encore en 2017 (loin s’en faut) à Facebook.

Enfin, l’expérience a montré qu’en matière de modération de la diffusion d’images supposément érotiques, Facebook disposait encore de compétences, qu’elles soient humaines ou algorithmiques, éminemment perfectibles.

A lire aussi

messenger-kids-facebook-messengerkids

Messenger Kids, le Facebook pour enfants

Après plusieurs années de réflexion, le réseau social sort aux Etats-Unis une déclinaison de son application de messagerie "Messenger", dédiée au plus jeune public. Une application sécurisée (c'est bien le moins) et placée sous le contrôle des parents.

GoFundMe

GoFundMe, le crowdfunding sans commission

Critiquée pour prélever des frais de commission sur des projets de financement participatif destinés à soutenir des causes humanitaires, la plate-forme de crowdfunding, annonce le fin des commissions, pour commencer et à tout le moins pour tous les projets mis en ligne depuis les Etats-Unis. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.