En continu
Accueil / Justice / Une cinquantaine d’actionnaires portent plainte contre Altice pour « diffusion d’informations fausses ou trompeuses »

Une cinquantaine d’actionnaires portent plainte contre Altice pour « diffusion d’informations fausses ou trompeuses »

Selon l’AFP, les plaignants (représentés par leur avocat Maître Frédérik-karel Canoy) soutiennent qu’Altice a « sur la période 2015-2017 minoré sa dette », et affirmé à tort avoir « un contrôle absolu sur cette dernière ». De son côté, le groupe de Patrick Drahi a réagi très vivement en dénonçant, « une manipulation, une manoeuvre malveillante de communication et une tentative de déstabilisation médiatique ». 

 

Plongé dans une tempête boursière dont l’intensité ne semble pas faiblir*, le groupe dirigé par Patrick Drahi (dont la dette avoisine les 50 milliards d’euros et la capitalisation ne représente plus que 11 milliards d’euros), doit aujourd’hui faire face à un nouveau front, judiciaire celui-ci.

Représentés par un avocat spécialisé dans ce type d’affaires, Maître Frédérik-karel Canoy, une cinquantaine d’actionnaires d’Altice viennent en effet de déposer plainte sous le chef de « diffusion d’informations fausses ou trompeuses ». Ils soutiennent qu’Altice a « sur la période 2015-2017 minoré sa dette », rapporte l’AFP.

Altice

Pour sa part, Altice (qui avait déjà publié ce week-end un communiqué en réaction à la « spéculation boursière et à la désinformation », dénonce, « une manipulation, une manoeuvre malveillante de communication et une tentative de déstabilisation médiatique« .

Pour rassurer les marchés, l’entreprise affirme vouloir se concentrer désormais sur son désendettement, et selon le Financial Times étudierait même la cession de sa filiale Altice Dominican Republic (située comme son nom l’indique en République Dominicaine), un actif rentable racheté en 2013 à Orange pour 1,1 milliard d’euros.

altice-stock

Autre mauvaise nouvelle pour le groupe de télécommunications et de médias, l’agence de notation américaine S&P (Standard & Poors), tout en choisissant de ne pas dégrader pour l’instant la note d’Altice, toujours fixée à B+, a ramené jeudi 23 novembre sa perspective  sur l’action du groupe de stable à négative.

Un avertissement qui s’explique notamment par la situation des activités d’Altice en France et, selon l’agence de notation par l’absence de stabilité suffisante au niveau de la direction du groupe.

 

  • Coté à la Bourse d’Amsterdam le cours du titre Altice flirtait aujourd’hui avec son plus bas historique, passant en un mois de 17,23€ à 7,48€

NewZilla.NET a besoin de vous

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne touche aucun argent public.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux. 
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  7. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  8. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  9. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité. 

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

NewZilla.NET a besoin de vous en tant que lecteur, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que citoyen, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que garant du pluralisme de l’information.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

Votre fidélité et votre soutien nous obligent.





 

A lire aussi

patrick-drahi-sfr-altice

Selon Patrick Drahi, Altice dispose d’une « véritable stabilité financière »

Que faire quand on est le patron d’un grand groupe télécoms et médias et que la  capitalisation boursière de votre entreprise fond comme neige au soleil? Adresser une lettre interne aux salariés de sa filiale SFR, pour tenter de dédramatiser la situation et essayer de remettre les choses en perspective.

drahi-sfr-altice

Altice-SFR, jusqu’où ira la chute?

En moins de deux semaines, le cours de l'action Altice, maison-mère de l'opérateur de télécommunications SFR, a chuté de 45%. De retour en urgence aux manettes, Patrick Drahi, principal actionnaire et fondateur d'Altice tente de rassurer salariés et investisseurs. En vain pour le moment. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.