En continu
Accueil / Facebook / Les remords et les regrets d’un ancien dirigeant de Facebook

Les remords et les regrets d’un ancien dirigeant de Facebook

PARTAGER CET ARTICLE

 

Chamath Palihapitiyia, ancien vice-président en charge de la croissance du réseau social, avait déclaré que Facebook sapait “les fondamentaux des relations entre les gens”, avant de revenir sur ses déclarations… dans un post publié sur Facebook.

 

Faire acte de contrition, s’épancher en regrets éternels… c’est la grande mode chez les ex-(ir-)-responsables de la Silicon Valley qui, souvent fortune faite, se plaisent à revenir sur leurs rôles d’apprentis sorciers.

Début novembre, Sean Parker (co-fondateur de Napster et en son temps, avant d’être arrêté pour possession de cocaïne, éminence grise de Facebook), expliquait en public que Facebook exploitait les vulnérabilités psychologiques des internautes pour les pousser à publier toujours plus de contenus en échange de récompenses telles que des commentaires ou des “likes”.

Il y a quelque jours ce fut au tour de Chamath Palihapitiyia, ancien vice-président en charge de la croissance du réseau social, d’entrer dans la danse, en faisant part de son “immense culpabilité” et en déclarant notamment qu’il tenait ses enfants éloignés du réseau social et qu’il pensait “avoir créé des outils qui déchirent le tissu social”.

Chamath-Palihapitiyia-Facebook

Facebook a réagi à ses lamentations tardives en rappelant que Chamath Palihapitiyia avait quitté l’entreprise il y a plus de six ans et qu’à l’époque Facebook était une entreprise bien différente (on laissera l’internaute juge de la pertinence de cette déclaration).

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car devant le buzz provoqué par ses déclarations Chamath Palihapitiyia vient de se fendre d’un post… sur Facebook, en guise de mise au point et de mea culpa.

Selon lui, en tout cas à l’heure où il écrit ces lignes, “Facebook oeuvre pour le bien dans le monde entier”.

Et l’ancien dirigeant d’enchaîner sur les efforts déployés par le réseau social pour s’améliorer et lutter contre les fake news. Une catégorie dans laquelle son post n’est bien évidemment pas à ranger.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Tinder contraint de corriger une faille de sécurité majeure

Selon des chercheurs en sécurité informatique il suffisait de connaître le numéro de téléphone d’une personne pour prendre le contrôle de son compte Tinder et accéder à l’ensemble des conversations menées sur l’application.

Une femme licenciée pour avoir dénigré son entreprise et ses collègues sur Facebook

Et avoir commis l’erreur de ne pas avoir verrouillé ou éteint son ordinateur en s’absentant de son bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.