En continu
Accueil / Logiciel libre / Montréal se tourne vers le logiciel libre (pour combler son retard en matière d’informatique)

Montréal se tourne vers le logiciel libre (pour combler son retard en matière d’informatique)

PARTAGER CET ARTICLE

 

Selon un récent audit, la métropole du Québec accuse un retard spectaculaire en matière d’équipements et de logiciels informatique. Pour sortir de cette ornière technologico-spatio-temporelle, les responsables de la Ville s’orientent vers l’utilisation de plus de logiciels libres.

 

Après Barcelone, Montréal?

91%, selon un audit réalisé en 2017, c’est le pourcentage des quelque 600 “systèmes informatiques” par les services de la Ville de Montréal qui seraient aujourd’hui frappés d’obsolescence, c’est-à-dire complètement dépassé d’un point de vue technologique.

Que l’on en juge: c’est à peine croyable mais certains systèmes, notamment ceux utilisés pour la paye des employés, datent d’une autre époque, à savoir… des années 70.

Cette situation ne peut plus durer et le Service des technologies de l’information (STI) de la collectivité est désormais bien décidé à mettre les bouchées doubles pour rattraper ce “retard majeur” en informatique.

logiciels-libres-montreal

Pour ce faire, Montréal prévoit d’augmenter de 44% en 2018 ses investissements pour moderniser ses logiciels et équipements, note le site d’information LaPresse.ca.

Un chantier de mise à niveau qui devrait tout de même prendre une dizaine d’années selon le directeur du STI, Sylvain Perras.

Pour moderniser son parc informatique, la Ville dit vouloir miser sur les logiciels libres.

“On n’utilise pas du logiciel libre parce que c’est gratuit. D’ailleurs, ce ne l’est pas, il faut du support. On le prend parce que c’est meilleur dans bien des domaines”, explique Sylvain Perras, cité par LaPresse.ca.

Montréal prévoit ainsi d’adopter prochainement une politique d’utilisation des logiciels libres.

L’idée serait de contribuer au développement de logiciels libres en concevant notamment des applications en partenariat avec d’autres villes, principalement du Québec, mais aussi à l’étranger, comme Paris pour, in fine, pouvoir partager le coût de développement.

 


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.