En continu
Accueil / NewZilla.NET / Uber veut limiter le temps de travail de ses chauffeurs VTC

Uber veut limiter le temps de travail de ses chauffeurs VTC

PARTAGER CET ARTICLE

 

Pour lutter contre la fatigue, le surmenage et les prises de risques inutiles, le groupe Internet veut empêcher que “ses” chauffeurs de travailler plus de 10 heures d’affilée.

 

Mais comment vérifier que les chauffeurs VTC qui travaillent pour Uber ne jouent pas les prolongations en collaborant, comme c’est souvent le cas, avec d’autres plateformes concurrentes?

A compter d’aujourd’hui, mercredi 17 janvier 2018, Uber va intégrer à son application une nouvelle fonctionnalité (qui sera dans un premier temps testée auprès d’une centaine de chauffeurs) visant à limiter le temps passé au volant par les conducteurs de VTC.

En pratique, tout chauffeur qui aura passé dix heures consécutives au volant, ne pourra plus accepter de nouvelles courses pendant six heures.

La mesure sera mise en place cette semaine en Grande-Bretagne.

En France, Uber, qui évolue dans un secteur de plus en plus concurrentiel, a choisi une approche plus pragmatique pour ne pas braquer “ses” chauffeurs.

Uber-privacy

Les chauffeurs qui testeront cette nouvelle fonctionnalités se verront proposer de remplir des questionnaires et de participer des  tables rondes.

Pour Uber, la question du temps de travail des chauffeurs est une question sensible.

Car, le groupe Internet, doit veiller, face à des chauffeurs supposément indépendants, à ne pas se comporter comme une entreprise le ferait avec des salariés classiques, via un réel lien de subordination, au risque de se voir un obligé, comme la justice l’a déjà décidé dans plusieurs pays, de voir re-qualifier le lien entre Uber et ses chauffeurs VTC en contrat de travail.

Par ailleurs, il est aussi évident que pour un chauffeur VTC, sa rémunération dépend directement du temps qu’il passe au volant.

En limitant le temps de travail des chauffeurs, dans le but affiché de minimiser les risques d’accident et d’améliorer la sécurité des passagers, Uber prend aussi le risque de pousser “ses” chauffeurs VTC à collaborer, plus qu’ils ne font aujourd’hui, avec certains de ses concurrents directs.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Uber se retire du Maroc

Après la Chine, après la Russie, et peut-être (selon des rumeurs persistantes) avant l’Inde, le sud-est asiatique et le reste de l’Afrique, le groupe Internet a choisi de se retirer (officiellement à titre temporaire) du Maroc.

Uber a perdu 4,46 milliards de dollars en 2017

Depuis 2015, les pertes cumulées du groupe Internet atteignent près de 9 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.