En continu
Accueil / Crypto-monnaie / Le Venezuela lance sa propre crypto-monnaie dans un climat de défiance économique

Le Venezuela lance sa propre crypto-monnaie dans un climat de défiance économique

PARTAGER CET ARTICLE

 

Le Pétro (c’est le nom de cette nouvelle “monnaie” virtuelle) devrait être utilisé pour lutter contre l’inflation. Un petro vaudra 60 dollars, c’est-à-dire tout juste le prix d’un baril de pétrole.

 

En pleine débâcle économique et financière, le Venezuela et son président, l’apprenti autocrate Nicolas Maduro ont décidé de placer une partie de la destinée du pays dans une nouvelle “monnaie” virtuelle créée à cet effet, la bien nommée Pétro.

La nouvelle devise est  mise en pré-vente depuis le mardi 20 février, et jusqu’au 19 mars 2018 : 38,4 millions d’unités, sur un total de 100 millions, seront proposées aux Vénézuéliens.

Le prix de vente de référence du Pétro a été fixé le 31 janvier dernier à 60 dollars l’unité, c’est-à-dire à l’équivalent, et ce n’est pas un hasard dans un pays comme le Venezuela, de la valeur équivalente d’un baril de pétrole.

Maduro-venezuela

Considérée comme une “devise cryptographique” la valeur du Pétro sera en pratique adossée aux réserves nationales d’or noir, et tout particulièrement aux champs de l’Orénoque et à un gisement renfermant des réserves de 5 milliards de barils “certifiés internationalement”.

Un élément qui a son importance dans un pays malade de son économie où l’inflation a dépassé les 1000% en 2017, selon le Fonds Monétaire International (FMI).


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Une faille de sécurité dans Telegram permettait de voler des messages cryptés (mais pas de les lire)

Mais cette vulnérabilité, découverte par l’éditeur de logiciel de cybersécurité russe Kaspersky, aurait aussi été utilisée par les pirates pour introduire dans des ordinateurs des programmes minant clandestinement des crypto-monnaies comme Monero ou Zcash.

Quand les ingénieurs russes tuent le temps en minant du Bitcoin

Les services secrets russes (FSB), dignes successeurs du KGB, ont arrêté plusieurs scientifiques russes. Ils sont accusés d’avoir utiliser la puissance de calcul du super-ordinateur d’une base militaire ultra-secrète stockant des missiles nucléaires, pour miner (c’est-à-dire créer pour leur propre compte) de la crypto-monnaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.