En continu
Accueil / NewZilla.NET / Les embarrassantes déclarations de Mark Zuckerberg

Les embarrassantes déclarations de Mark Zuckerberg

PARTAGER CET ARTICLE

 

Interrogé par le site d’information Recode, le co-fondateur de Facebook brandit l’argument du 1er amendement de la Constitution des Etats-Unis (concernant la protection de la liberté d’expression) pour justifier la non-suppression par les équipes de Facebook ou celles de ses sous-traitants, de contenus ouvertement complotistes voire négationnistes. Malaise.

 

Comment expliquer que des contenus complotistes voire négationnistes (c’est-à-dire qui nie l’existence même de l’Holocauste) continuent à être diffusés en toute impunité sur Facebook?

Si l’influence culturelle et technologique de Facebook ne dépassait pas le périmètre des Etats-Unis, peut-être ne serait-on pas amené à se poser une telle question.

Interrogé cette semaine par le site d’information Recode le co-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a fourni une explication qui peut laisser pantois de ce côté-ci de l’Atlantique.

Selon lui qu’ils soient complotistes ou négationnistes, ce type de contenus litigieux ne peut faire l’objet d’un blocage sur le réseau social, à l’exception de menaces directes formulées à l’encontre de personnes.

Le juteux business de la haine

On se pince, quand dans le même temps, les modérateurs se montrent si prompts à bloquer et à fermer certaines pages sur le réseau social au motif qu’elles se seraient aventurées à diffuser qui un bout de sein, qui le sulfureux tableau de Gustave Courbet, “L’origine du Monde”.

“Je suis juif, et il y a un groupe de gens qui nient que l’Holocauste ait eu lieu. Je trouve ça profondément choquant. Mais au bout du compte, je ne crois pas que notre plateforme devrait retirer ça parce que je pense qu’il y a des choses que différentes personnes comprennent mal. Je ne pense pas qu’ils les comprennent mal intentionnellement.” (…) “Si vous n’essayez pas d’organiser du mal contre quelqu’un ou n’attaquez pas quelqu’un, alors vous pouvez mettre votre contenu sur votre page”, s’est justifié Mark Zuckerberg.

Il y a quelques semaines encore, emporté alors dans la tourmente du scandale Cambridge Analytica, le co-fondateur de Facebook, avait assuré devant les parlementaires américains, que grâce au développement de l’intelligence artificielle, l’élimination des discours haineux sur Facebook pourrait prendre entre 5 et 10 ans.

Sur le réseau social, les producteurs de haine, dont le petit commerce assure indirectement en audience et en publicité de juteux revenus à Facebook, ont encore de beaux jours devant eux.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

9% des Français croient que la Terre est plate

Mais en France, 79% des internautes souhaitent également que l’Etat légifère contre la propagation des fausses nouvelles ou “fake news”.

(NewZilla.NET / Partenaire) Facebook et les lois de la psychologie

Quel danger y-a-t-il à (trop) utiliser le réseau social le plus populaire au monde?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.