Revue de presse
Accueil / Politique / Emmanuel Macron, avocat de la “taxe GAFA”

Emmanuel Macron, avocat de la “taxe GAFA”

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Au G7, le président de la République, Emmanuel Macron, va plaider pour la création d’une “taxation digitale internationale” des grands groupes du numérique.

 

Au mois de juillet, le Parlement français s’est prononcé en faveur de la création d’une nouvelle taxe.

Cette taxe de 3% sur les revenus s’appliquera rétroactivement au 1er janvier 2019 aux sociétés réalisant un chiffre d’affaires sur leurs activités numériques d’au moins 750 millions d’euros au niveau mondial et de plus de 25 millions d’euros sur le sol français.

Cette disposition est aujourd’hui fortement critiquée par les grandes groupes du numériques, à commencer par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon auxquels il convient d’ajouter Microsoft) qui exercent actuellement une très forte pression pour empêcher la mise en place définitive de ce dispositif.

A quelques heures du sommet du G7 qui doit se tenir ce week-end à Biarritz  et où seront réunis les dirigeants des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada,  de la France, de l’Allemagne, de l’Italie et du Japon (ainsi que des représentants du FMI, de l’ONU et de l’OCDE), le président de la République, Emmanuel Macron, a pris la parole, mercredi 21 août, devant l’Association de la presse présidentielle.

Macron-Gafa-G7

“Les acteurs mondiaux du numérique ne contribuent pas fiscalement au financement du bien commun, ce n’est pas soutenable”, a expliqué le président de la République.

“La bonne réponse est celle que les ministres des Finances du G7 –dont l’américain – ont proposé à Chantilly lors d’un sommet mi-juillet : une taxation digitale internationale“, a ajouté Emmanuel Macron, cité par l’AFP.

"Nous sommes fous ! Je ne suis pas d’accord avec ce système !"

Avant de détailler son propos…

“Il faut arrêter d’avoir des gens qui sont dans un statut de paradis fiscal permanent. Si vous êtes un géant du numérique, vous faites votre activité en France, vous ne payez rien. Vous payez sur vos droits d’auteur ou de propriété intellectuelle en Irlande, au plus bas taux, vous transférez sans taxe d’Irlande aux Pays-Bas. Et avec un accord entre les Pays-Bas et des paradis fiscaux, vous mettez le cash dans ces paradis fiscaux.”

“Et vous avez un accord aux Etats-Unis pour que ces grandes entreprises américaines accumulent le cash dans ces paradis fiscaux, sans être taxés aux Etats-Unis ! Dès qu’un concurrent émerge, ils les achètent pour des milliards de dollars avec l’argent des Bermudes… Nous sommes fous ! Je ne suis pas d’accord avec ce système !” a poursuivi le président de la République.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.