Accueil / Google / Google propose 50 millions d’euros à la “presse”, qui n’en veut pas

Google propose 50 millions d’euros à la “presse”, qui n’en veut pas

Jusqu’où iront-ils? Non contents de s’être imposés comme “négociateurs officiels” face à Google (écartant de facto la presse en ligne), les tenants de la presse dite “traditionnelle” continuent de crier, assez pathétiquement, famine auprès du géant de l’Internet.

 

Aujourd’hui, les négociations s’éternisent voire s’enlisent. Selon une information du Monde, Google a proposé avant Noël aux éditeurs un revenu annuel de 50 millions d’euros. Celui-ci se découperait en trois tiers.

Premièrement, de l’achat d’espace publicitaire par Google, sur les supports papier et numériques de la presse ; deuxièmement, une collaboration commerciale entre les éditeurs et le moteur de recherche ; troisièmement, l’utilisation par les éditeurs de la plateforme publicitaire AdSense de Google, sur laquelle le groupe américain leur garantirait un minimum de chiffre d’affaires.

Que nenni auraient répondu en choeur les éditeurs de presse. Selon Le Monde, les patrons de presse estiment ce montant insuffisant et réclament plutôt une enveloppe annuelle de l’ordre de 70 à 100 millions d’euros.

A les entendre, sur les 50 millions promis par Google, seul le premier tiers est garanti (l’achat d’espace), le reste étant plutôt de l’apport de chiffre d’affaires. Il est bien évident que Google tirent des revenus de la production éditoriale des journaux et que tout ceci ne serait à terme se faire sans dédommagement…Mais les “éditeurs de presse” se sont ils seulement demandés une seule fois ce que serait l’audience de leurs sites Internet respectifs sans Google?

Et sont-ils génés de ne pas avoir invité au buffet (pardon, à la table des négociations) des acteurs de la presse en ligne (tels que Slate, Mediapart, ou Arrêt sur Images, pour n’en citer que quelque uns)? Pas le moins du monde, tout affairés qu’ils sont à ne pas renoncer à leur petite rente (de subventions publiques et de) situation, avec la complicité bienveillante des pouvoirs publics. La date butoir de ce cycle de négociation a été fixée à la fin du mois de janvier.

A défaut, “si (elles) n’aboutissent pas, il y aura une disposition législative et fiscale qui sera introduite », a déclaré le président de la République François Hollande (qui n’est pas connu pour être lui-même un foudre d’Internet), lors de ses voeux à la presse. CQFD.

A lire aussi

artificial-intelligence-intelligence-artificielle

NewZilla.NET #4 / Samedi 9 septembre 2017

Chaque semaine NewZilla.NET vous propose une sélection des meilleurs articles (et citations) parus en ligne. Cette semaine: Silicon Valley, Google, Blockchain, Crypto-monnaie, Intelligence artificielle.

Mozilla-Fake-news

La Fondation Mozilla contre les « fake news »

Déjà partenaire de la News Integrity Initiative aux côtés de Facebook et de l'Unesco, l'éditeur du navigateur Internet, Firefox, lance la Mozilla Information Trust Initiative, un projet destiné à lutter contre la diffusion et la propagation des "fake news" de manière clairvoyante, en respectant les valeurs fondamentales de l'open-source, c'est-à-dire en rejetant prioritairement toute forme de censure. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.