En continu
Accueil / Amazon / Bercy attaque Amazon en justice

Bercy attaque Amazon en justice

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a décidé de poursuivre en justice le groupe Amazon devant le tribunal de commerce de Paris. Bercy dénonce les pratiques et les clauses abusives du groupe Internet américain envers ses fournisseurs français et demande une amende de 10 millions d’euros. 

 

Après avoir remonter les bretelles d’Airbnb avec son collègue Gérald Darmanin (Cf. NewZilla.NET du 12 décembre 2017), le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, attaque aujourd’hui en justice le groupe Amazon.

A l’instar de ses services de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), le ministre reproche à Amazon d’avoir mis en place des pratiques et des clauses abusives pour faire pression sur ses fournisseurs français.

Bercy qui assigne Amazon devant le tribunal de commerce de Paris réclame une amende de 10 millions d’euros, rapporte Le Parisien.

Selon le quotidien, cette action en justice s’appuie sur les travaux menés pendant deux ans par la DGCCRF sur les relations des principaux sites d’e-commerce (Cdiscount, Rue du Commerce, Amazon) avec leurs fournisseurs.

Bruno-Le-Maire-Amazon-Bercy-dgccrf

Dans le cadre de ces investigations, la DGCCRF a pu constater qu’Amazon abusait largement de sa position dominante sur le marché, parfois même jusqu’à pousser volontairement ou involontairement certaines entreprises à la faillite.

Or, contrairement à ses concurrents qui ont rapidement accepté de modifier et de supprimer les dérives constatées il semble qu’Amazon n’en ait rien fait.

Dans son article paru ce jour, Le Parisien liste les différentes clauses supposément abusives mises en place par Amazon.

Amazon, qui n’a pas répondu aux sollicitations du Parisien, s’octroie ainsi a possibilité de modifier le contrat sans demander son avis à un fournisseur, ou de suspendre un contrat à tout moment.

NewZilla.NET a besoin de vous

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne touche aucun argent public.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux. 
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  7. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  8. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  9. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité. 

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

NewZilla.NET a besoin de vous en tant que lecteur, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que citoyen, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que garant du pluralisme de l’information.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

Votre fidélité et votre soutien nous obligent.





 

A lire aussi

amazon-echo-alexa

Amazon Alexa, de l’assistant personnel à la plateforme publicitaire?

Selon CNBC, le groupe Internet discuterait déjà de cette possibilité avec un grand groupe comme P&G (Procter & Gamble).

amazon-whole-foods

Amazon, l’effet Whole Foods

Le rachat, l’été dernier, de l’enseigne bio Whole Foods, par Amazon pour 13,7 milliards de dollars, a déjà des retombées positives sur les résultats du groupe Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.