Revue de presse
Accueil / 2013 / octobre

Monthly Archives: octobre 2013

Des chutes du Retour du Jedi refont surface sur eBay

Retour du Jedi699 dollars, pour une découverte qui pour les fans de la saga Star Wars n’a absolument pas de prix.

 

Le 12 octobre dernier un internaute achète sur le site d’enchères en ligne eBay un Videodisc présenté comme une “très rare version d’un Laserdisc EditDroid comprenant 50 chutes de tournage du Retour du Jedi” (l’épisode VI de Star Wars).

Certains articles exposés sur eBay étant parfois un peu sur-vendus, notre acheteur se plie à l’exercice et accepte de régler 699 dollars pour cette pièce dite de collection. Bien lui en a pris, car l’annonce disait vrai. “Le disque était si salement rayé qu’il fallait des connaissances spécifiques de restauration de données pour avoir la chance de découvrir le graal”, explique l’acheteur sur la page Facebook consacrée à sa découverte.

A l’arrivée, 30 minutes de “making of”, soit une petite cinquantaine de scènes inédites que notre acheteur a décidé de mettre à la disposition des internautes. En agrémentant l’ensemble d’une mention “fair use” (“usage raisonnable” en français en référence à l’article 107 de la loi américaine de 1976 sur le Copyright).

Rotjeditdroid

Au programme, quelques pépites cachées entre deux claps comme la scène où Maitre Yoda meurt ou celle où Luke Skywalker demande à Yoda si Dark Vador est bien son père… De quoi faire frissonner plus d’un fan de Star Wars!

L’ayant droit de la saga signé George Lucas, à savoir Disney (propriétaire de LucasFilm depuis 2012), ne s’est pas encore manifesté. Notre acheteur continue de poster régulièrement sur le Net ces chutes de tournage inédites.

Apôtre du partage, il explique sur sa page Facebook qu’il espère que Disney reconnaîtra “le fait qu’il s’agit là d’une démarche de fan, non commerciale”. “Bien sûr, s’ils me demandaient de retirer ces vidéos, je me plierais à leur volonté, mais je pense que beaucoup de personnes dans les équipes de Disney sont aussi des fans de Star Wars, et qu’elles sont aussi excitées que moi par cette affaire”, précise-t-il.

 

Il construit une main bionique à son fils grâce à une imprimante 3D

Si la prolifération de l’impression 3D inquiète (notamment pour tout ce qui concerne la fabrication d’armes), cette technologie peut aussi accomplir des miracles.

 

Main bionique 1

En raison d’un problème circulatoire, Leon McCarthy un adolescent de Marblehead (Massachussetts) vivait depuis sa naissance sans doigt à l’une de ses mains. Son père, Paul, vient de lui fabriquer une main bionique grâce à une imprimante 3D emprunté à un ami.

Léon a retrouvé le sourire. Un jour en surfant sur le Web, Paul McCarthy tombe sur Robohand, un projet open-souce où il retrouve une vidéo expliquant comment fabriquer une main bionique avec une imprimante 3D, rapporte CBS News.

Paul McCarthy décide alors d’emprunter une imprimante 3D à un ami et commence à plancher sur un projet de main bionique pour son fils dont le design reposerait sur des micro-mouvements impulsés par le poignet. Un mois plus tard, cette fameuse main bionique, que lui et son fils décrivent aujourd’hui comme une “créature de Frankenstein” voyait le jour.

Main Bionique 2

Léon a retrouvé le sourire. Avec sa nouvelle main il peut désormais faire du vélo, ou bien encore attraper un stylo ou une bouteille d’eau. L’ensemble du projet n’aura coûté, hormis le temps passé, que 5 à 10 dollars, estime Paul McCarthy, contre près de 30 000 dollars pour l’achat d’une prothèse classique.

 

Un Norvégien s’achète un appartement après avoir investi 18 euros dans des bitcoins

Le bitcoin, cette monnaie virtuelle créée en 2009 et dont l’utilisation par certaines populations d’internautes est parfois sujette à caution, fait aussi des heureux.

 

A l’instar de Kristoffer Koch. En 2009, cet étudiant norvégien qui ne roule pas alors sur l’or décide d’investir 150 couronnes norvégiennes (soit l’équivalent de 18 euros) dans l’achat de 5000 bitcoins.

En bon épargnant il laisse dormir son petit capital pendant quelques années sur son compte en ligne. Au printemps dernier, il vérifie combien valent alors ces quelques milliers de bitcoins achetés quatre ans plus tôt. Et là… Surprise!

La spéculation autour de cette monnaie virtuelle, qui n’est contrôlée par aucun organisme bancaire central, étant ce qu’elle est les 5000 bitcoins d’origine de Kristoffer Koch se sont transformés en un capital de… 5 millions de couronnes norvégiennes (soit l’équivalent de 615 000 euros), indique le site NRK.

Notre ex-étudiant décide alors d’échanger un cinquième de cet investissement virtuel en monnaie sonnante et trébuchante via une bourse d’échange comme MT.GOX. Une fois la somme récupérée il ré-investit son capital dans un appartement situé dans le quartier de Toyen, l’un des plus recherchés de la capitale norvégienne, Oslo.

 Comment acheter une maison à 1 dollar (soit 75 centimes d’euro)

Crise économique oblige, certaines métropoles en faillite ou en grande difficulté financière mettent en vente des logements à des prix défiant toute concurrence.

A Détroit, ville en faillite avec ses 18 milliards de dollars de dettes, on brade aussi le prix des maisons. Exemple, cette demeure de plus de 200m2 dotée de deux salles de bains et construite en 195 sera votre pour… un dollar. La raison? Le climat d’insécurité de la ville, et des propriétaires en fuite. Un dollar, une somme qui ne couvre toutefois ni les frais d’agence, ni les frais de remise en état. Pour un cet investissement immobilier à haut risque il ne vous en coûtera seulement au final que quelques 600 euros, relève le New York Daily News.

Detroit

Même configuration en Grande-Bretagne où des collectivités comme Liverpool ou Stoke-on-Trent choisissent de céder pour des sommes symboliques des quartiers entiers à des habitants des environs qui s’engagent à rénover les lieux, à mettre les habitations aux normes et à y vivre pendant au moins cinq ans.