En continu
Accueil / Uber / Pour descendre à Cannes réservez votre jet privé sur Uber

Pour descendre à Cannes réservez votre jet privé sur Uber

PARTAGER CET ARTICLE
A l’occasion du Festival international du film, la start-up californienne qui s’est fait un nom avec le transport en VTC lance un service d’acheminement sur la Croisette en jet privé, en partenariat avec Goodwill Private Jets.

 

UBERJetA l’origine Uber, c’est un service de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) disponible sur smartphone mettant en relation usagers et conducteurs de véhicules de luxe disponibles à la location.

On connaissait déjà cette sympathique start-up basée à San Francisco pour sa politique d’optimisation fiscale aux Bermudes, pour sa capacité à susciter l’ire des chauffeurs de taxis du monde entier, (récemment à Paris, bientôt à Londres), ou bien encore pour sa propension à être poursuivie en justice par ses propres collaborateurs.

A l’occasion du Festival international du film de Cannes 2014, Uber élargit sa palette de services. Si les VTC sont toujours d’actualité, la start-up propose cette année aux festivaliers qui n’auraient pas booké leur billet d’avion en temps et en heure de descendre sur la Croisette… en jet privé (un UberJET pour être précis).

Coût du voyage 6490 euros (8930 dollars) pour 4 passagers maximum. Avec possibilité de “partager la note” au moment de la réservation en ligne et, cerise sur le gâteau, de profiter d’un bon de réduction de 25 euros en donnant le code promo AIRUBER (UberJET). Pour proposer ce nouveau service qui devrait être prolongé au-delà du Festival, Uber s’est associé avec Goodwill Private Jets.

En pratique, sur Paris, une berline vient vous chercher, direction l’aéroport du Bourget. Une fois à Cannes, un chauffeur vous attend pour vous déposer à votre hôtel. Et pendant ce temps-là à San Francisco Uber passe du VTC au SUV (véhicule utilitaire de sport) en proposant depuis peu un service bien pratique pour les fins de soirées arrosées…

uberxl

A lire aussi sur NewZilla.NET

Vélos en libre-service / Le flop des Gobee.bike

Lyon, Lille, Reims, Paris, Bruxelles, à chaque fois le scénario est le même, les vélos verts en libre-service de cette jeune startup sont victimes, non de leur succès mais du vandalisme de leurs utilisateurs, et quand ils ne disparaissent pas mystérieusement, ils se répandent sauvagement dans l’espace public.

Pour les prud’hommes, un chauffeur Uber ne peut-être considéré comme un salarié

Le conseil des prud'hommes de Paris a débouté un ancien chauffeur qui demandait à être considéré comme salarié. Une première en France pour Uber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.