En continu
Accueil / NewZilla.NET / L’ex-directeur général de SFR, Eric Denoyer, décroche un bonus de 2 millions d’euros

L’ex-directeur général de SFR, Eric Denoyer, décroche un bonus de 2 millions d’euros

PARTAGER CET ARTICLE
PARIS (France) – Le conseil d’administration du groupe télécom vient d’accorder 2 millions d’euros de bonus à son ex-directeur général “au vu de sa contribution éminente à la mise en oeuvre du rapprochement entre SFR et Numericable et à la réussite de cette première année”.

 
Eric Denoyer a bien travaillé, il est donc récompensé. Dans un communiqué diffusé mercredi 10 février 2016 le conseil d’administration de SFR indique avoir décidé d’attribuer un bonus de 2 millions d’euros à son ex-directeur général, qui siège lui-même désormais au conseil d’administration et au comité de rémunération du groupe.

Eric Denoyer, un polytechnicien qui a fait une grande partie de sa carrière dans le sillage d’un autre X, Patrick Drahi, se voit ainsi récompensé “au vu de sa contribution éminente à la mise en oeuvre du rapprochement entre SFR et Numericable et à la réussite de cette première année”, précise le communiqué.

Ces 2 millions d’euros de bonus viendront s’ajouter aux 400.000 euros de rémunération fixe annuelle touchée par le dirigeant en 2015. En 2014, la rémunération globale de ce dirigeant de SFR avait été de 1 610 315 d’euros.

Malaise social

Cette information a suscité une vive réaction chez les syndicats. La CGT rappelle ainsi à titre de comparaison que le montant total des augmentations de salaires prévues pour 2016, pour l’ensemble des 9.000 employés, s’élève à quatre millions d’euros, indique Les Echos. « C’est une nouvelle preuve du profond mépris de la direction envers les salariés depuis le rachat en 2014 », tempête Damien Bornerand, délégué syndical.

EricDenoyer-SFRLe passage d’Eric Dunoyer à la tête de SFR, aura été marqué par la mise en place d’un vaste plan de réduction des tarifs de l’opérateur.

Un plan qui menacerait plusieurs milliers d’emplois chez les sous-traitants de SFR, comme le rapporte Le Figaro. Par ailleurs, il semble qu’en interne le climat social ne soit pas non plus au beau fixe puisqu’en décembre 2015, la CFE-CGC tirait la sonnette d’alarme et demandait une médiation au gouvernement. Dans un courrier rendu public dans Le Monde, le syndicat indiquait qu’alors que de nombreux salariés démissionnent, ceux qui restent « ont de plus en plus de mal à faire face », explique la CFE-CGC dans la lettre. Et de constater « l’explosion des arrêts maladie, le découragement des équipes, les collègues au bord du burn-out ».

A lire aussi sur NewZilla.NET

Blu de Prixtel, le forfait mobile 4G financé par la publicité

Ou la plus parfaite illustration de ce “vieil” adage du Net qui veut que “si c’est gratuit, cela soit vous le produit”.

Zones blanches : Les opérateurs téléphoniques s’engagent à investir 3 milliards d’euros

L’Etat a passé un accord avec les quatre principaux opérateurs téléphoniques, annonce dimanche 14 janvier 2018, dans le JDD, Julien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

Une réponse

  1. Ce sont les salariés de SFR qui doivent être contents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.