En continu
Accueil / Airbnb / Airbnb et les listings illégaux

Airbnb et les listings illégaux

PARTAGER CET ARTICLE
Le dernier état des lieux publié par la plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers à propos de San Francisco, fait apparaître que 17% du chiffre d’affaires réalisé sur la ville provient d’annonces illégales.

 

Des annonces illégales au regard de la règlementation locale, des annonces déposées par les internautes (ou plutôt de professionnels de l’immobilier) qui proposent plusieurs biens à la location, accentuant ainsi de manière artificielle la pression sur le marché locatif traditionnel de San Francisco, où les loyers sont déjà parmi les plus chers des Etats-Unis.

airbnb-sanfranciscoA San Francisco, si la loi autorise un propriétaire à louer tout ou partie de son logement pour une durée maximale de 90 jours par an, tout autre type d’annonce peut faire l’objet de poursuites judiciaires.

Des poursuites judiciaires qui, par ricochet, pourraient également indirectement cibler des services Internet comme Airbnb, si ceux-ci ne s’emploient pas à faire le ménage dans leurs listings.

Une information, à tout le moins officiellement, bien reçue par Airbnb. Lors de son dernier rapport sur ses activités new-yorkaises à la fin de l’année 2015, le site avait en effet été accusé, comme nous l’écrivions récemment sur NewZilla.NET, d’avoir quelque peu embellie ses listings en en expurgeant opportunément certaines annonces manifestement illégales.

300 procédures d’expulsion

A contrario Airbnb affirme aujourd’hui vouloir “continuer à faire le ménage” et séparer le bon grain de l’ivraie dans les annonces déposées sur son site.

san-francisco-california-usa_En France, pays où la sous-location du parc social est interdite, et plus spécifiquement à Paris, (premier marché d’Airbnb en dehors des Etats-Unis), plusieurs centaines de logements HLM, c’est-à-dire de logements sociaux ont été sous-loués ces derniers mois sur Airbnb et sur les services concurrents.

De telles pratiques sont passibles de 9 000 euros d’amende, et selon Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris chargé du Logement et de l’Hébergement, cité par Rue89, “depuis 2014, il y a eu environ 300 procédures d’expulsion pour sous-location illégale” liées à l’activité d’Airbnb et de ses concurrents.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Airbnb-new-york-ny-lobbying

New York oblige Airbnb à communiquer les noms et adresses de ses “hôtes”

De son côté, le groupe Internet réagit en accusant la mairie de New York de corruption et en publiant une liste des membres du conseil de la mairie de New York qui auraient reçu des centaines de milliers de dollars en contributions de campagne de la part de l’industrie hôtelière.

Les petits luxes d’Airbnb

Le groupe Internet va lancer deux programmes haut de gamme, “Airbnb Plus” et “Beyond by Airbnb”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.