Accueil / Airbnb / A San Francisco, 26% des annonces disponibles sur Airbnb sont illégales

A San Francisco, 26% des annonces disponibles sur Airbnb sont illégales

Il y a quelques jours, Airbnb publiait un rapport sur ses activités dans l’agglomération de San Francisco. Le groupe Internet affirmait, une fois de plus, son intention de lutter contre les annonces qui ne seraient pas en conformité avec la règlementation locale.

Selon ce rapport, 17% des annonces présentaient un problème. Un état des lieux semble-t-il quelque peu minoré, puisque qu’un rapport officiel publié jeudi 7 avril par le San Francisco Budget and Legislative Analyst’s Office, fait état pour sa part de 26% (soit 1 055 logements) d’offres d’hébergement illégales, et tout particulièrement ne respectant pas la durée maximale de mise en location d’un logement, fixée à San Francisco, à 90 jours par an.

De plus, les 1 055 logements supposément en infraction appartiendraient à 969 « hôtes », et seraient disponibles à la location en moyenne 200 nuits par an.

airbnb-sanfranciscoLe rapport souligne également un autre point de friction. A San Francisco, il est en effet obligatoire de déclarer aux autorités municipales que l’on met un logement en location par Airbnb ou sur l’un des services concurrents à Airbnb.

Or, si Airbnb recensait à la mi-mars 2016, 7 046 « hôtes » opérant sur sa plate-forme à San Francisco, la ville de San Francisco n’aurait en revanche reçu que 1 647 concernant Airbnb, mais aussi FlipKey ou HomeAway/VRBO, des services concurrents d’Airbnb.

A lire aussi

accomable-founder-Srin Madipalli

Airbnb rachète Accomable pour mieux accueillir les personnes handicapées

Le groupe Internet entend étoffer son offre en matière d’accessibilité. Airbnb prend le contrôle d’Accomable, une startup fondée à Londres en 2015 qui propose aujourd’hui à la location 1100 appartements et maisons dans une soixantaine de pays.

Yuri-milner-alisher-usmanov-paradise-papers

Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Les informations révélées, dimanche 5 novembre 2017, dans le cadre des "Paradise Papers" (une grande enquête menée par le "Consortium international des journalistes d'investigation" (ICIJ), sur la base de millions de documents provenant pour partie du cabinet d'avocats Appleby-Estera, permettent de confirmer ce dont l'on se doutait déjà, à savoir que des proches du président russe, Vladimir Poutine, ont utilisé DST Global, le fonds d'investissement contrôlé par le milliardaire russe Youri Milner pour faire leur marché dans la Silicon Valley et réaliser de très confortables plus-values.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.