En continu
Accueil / NewZilla.NET / Entre Spotify et les hipsters ? Une affaire de goût et d’algorithmes

Entre Spotify et les hipsters ? Une affaire de goût et d’algorithmes

Pour composer ses playlists et détecter les artistes de demain, le service d’écoute de musique en streaming a mis au point une formule magique à base de curation humaine et d’algorithmes. Son arme secrète? Un « focus group » de 50 000 abonnés Spotify qui sont autant de poissons pilotes qui s’ignorent. Mais attention, gare aux fausses notes!

 

Spotify scrute les hipsters, des dizaines de milliers de hipsters, directement sur des blogs ou sur des sites de musique tiers, la plate-forme de streaming étude à la loupe le comportement de cette population d’early adopters, une base utilisateurs de 50 000 abonnés Spotify, qui par leur habitude d’écoute (souvent avant-gardistes et ultra-confidentielles), laissent à deviner quels seront les tendances et les artistes de demain, rapporte le site d’information Quartz.

30 millions de titres

En pratique, Spotify se sert de informations recueillies (à l’insu du plein gré de ses mélomanes) pour composer ses playlists hebdomadaires (hip-hop, electro, pop vocale, guitare, expérimental), et intégrer, s’il ne l’a déjà fait, de nouveaux artistes à un catalogue déjà riche de plus de 30 millions de titres.

Une stratégie initiée il y a plusieurs années et qui semble porter ses fruits, à tout le moins au niveau du nombre d’utilisateurs fréquentant le service. Celui-ci est ainsi passé de 60 millions (fin 2014) à 89 millions (fin 2015), dont plus de 28 millions d’abonnés payants.

Spotify-hipstersEn revanche, sur le plan financier, les choses sont toujours loin d’être au beau fixe. En cause, un modèle économique complètement bancal. Ainsi, si Spotify a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires, non négligeable, de 1,94 milliard d’euros (en hausse de 80% sur un an), la perte nette a continué de se creuser, progressant de 4%, à 173 millions d’euros. Mais tout n’est pas perdu pour Spotify, puisqu’en juin 2015 le groupe Internet suédois était encore valorisé à plus de 8 milliards de dollars.

Et les artistes dans tout cela? Oui, les artistes, ces artistes sans lesquels Spotify (et ses concurrents) ne seraient qu’une coquille vide, on les aurait presque oubliés!

Or selon une étude réalisée en 2015 pour le compte de la RIAA (The Recording Industry Association Of America) aux Etats-Unis, les ventes de disques vinyles (certes en hausse de 52% sur un an) rapporteraient plus d’argent que des services comme Spotify, YouTube et Vevo réunis.

Encore un coup des hipsters…

 

 

A lire aussi

spotify-streaming-class-action

Aux Etats-Unis, Spotify va créer un fonds pour mieux rémunérer les artistes

La plateforme de streaming suédoise accepte de verser 43,45 millions de dollars pour mettre un terme aux poursuites judiciaires intentées par deux artistes indépendants américains en décembre 2015.

IBM-Sacem-Watson-URights-big-data

La Sacem investit dans le big data pour mieux rémunérer auteurs et ayants droit (VIDEO)

La société de gestion des droits d’auteur conclut un partenariat (de 10 ans) avec IBM pour développer URights une solution à base de big data (traitement massif des données), de cloud computing et d’intelligence artificielle pour analyser au mieux les données de diffusion collectées et générées par les sites de streaming.

2 Commentaires

  1. Attention aux informations erronées, « les ventes de disques vinyles (certes en hausse de 52% sur un an) rapporteraient plus d’argent que des services comme Spotify, YouTube et Vevo réunis » C’est totalement faux, il s’agit uniquement des revenus publicitaires du service gratuit de Spotify (soit moins de 10% du chiffre d’affaires de Spotify). Mais les abonnements de 10€ Spotify, Deezer et consorts rapportent bien plus, et est largement poussé par les maisons de disque
    Encore un coup des journalistes qui ne s’informent qu’à moitié pour trouver de faux coupables ….

  2. La Rédaction de NewZilla.NET

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ces précisions sur des informations que vous estimez être erronées. Pour le reste, nous vous invitons à vous calmer un petit peu sur les journalistes qui ont le dos bien large pour supporter, tout à la fois, vos commentaires (même si nul n’est parfait, ce qui serait d’un ennui fatal), et la responsabilité des dysfonctionnements de ce bas monde.

    Nous vous remercions de votre fidélité critique à NewZilla.NET et nous formulons le souhait que vous poursuiviez votre lecture en notre compagnie, ici (http://www.newzilla.net/2016/05/23/les-ventes-de-vinyles-rapportent-plus-aux-artistes-que-youtube/) ici (https://www.theguardian.com/music/2016/may/20/vinyl-sales-bigger-than-youtube-for-british-artists) ici (http://qz.com/688965/music-artists-are-still-making-more-money-from-vinyl-than-youtube/) ici (http://mashable.com/2016/05/20/musicians-uk-vinyl-youtube-streaming/ et là (https://www.bpi.co.uk/home/stellar-year-for-british-music-as-uk-artists-achieve-record-171-global-share-but-to-sustain-this-success-musics-value-grab-needs-fixing.aspx)

    Par ailleurs, pour ce qui concerne le niveau de rémunération des artistes (et non des ayants-droit dans leur ensemble, un vocable qui englobe les maisons de disque et les producteurs) par les services de streaming, nul doute que vous lirez avec intérêt cet article de synthèse publié dans la rubrique (Les Décodeurs) du site Internet du quotidien Le Monde (http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/06/25/streaming-musical-combien-touchent-les-artistes_4662105_4355770.html).

    Bien à vous,
    NewZilla.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.