En continu
Accueil / Jeux vidéo / Barbie développe des jeux vidéo

Barbie développe des jeux vidéo

PARTAGER CET ARTICLE
Après une tentative infructueuse en tant qu’ingénieur il y a quelques années, la poupée de référence du groupe Mattel, revient dans le monde de la high-tech, cette fois-ci sous les traits d’une programmatrice de jeux vidéo.

 

En 2014, le groupe Mattel, géant du jouet et “père” de la poupée Barbie, avait tenté un relooking de son produit vedette en la présentant sous les traits d’une ingénieur en informatique, dotée d’un ordinateur portable rose et pour tout dire pas très en phase avec le job.

Barbie gamer
Barbie-jeuvideo
Barbie / Rayon “accessoires”

Aujourd’hui, alors que le débat sur la place des femmes dans l’industrie high-tech, la Silicon Valley et l’économie Internet bat son plein, Mattel revient à la charge, avec une nouvelle Barbie. Cette fois-ci Barbie, est bien plus réaliste et parée pour son job de “game developer”.

Elle a délaissé son ordinateur portable rose pour design plus classique et l’écran affiche même de vrais bouts de code (en l’occurrence du Javascript).

Histoire de prouver que la programmation c’est bien un truc de fille (contrairement à ce que dit cette vidéo Cf. NewZilla.NEt du 20 mai 2016)…

Barbie-jeuvideo

 

A lire aussi sur NewZilla.NET

Brotopia ou les orgies de la Silicon Valley

Dans un livre à paraître le 6 février prochain aux Etats-Unis et dont les bonnes feuilles sont d’ores et déjà consultables sur le site du magazine Vanity Fair, la journaliste spécialisée Emily Chang décrit par le menu les soirées arrosées de drogues et de sexe auxquelles se livre une partie de la petite “élite” de la Silicon Valley.

Ecole 42, bilan et perspectives

Selon son directeur général, Nicolas Sadirac, l’établissement créé en 2013 à Paris par Xavier Niel pourrait, dans un futur proche, doubler de taille et porter ses promotions à 1500 voire 2000 étudiants par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.