En continu
Accueil / NewZilla.NET / UberPOP sur la sellette en Finlande

UberPOP sur la sellette en Finlande

Après avoir été interdit ou suspendu en France (Cf. NewZilla.NET du 9 juin 2016), en Espagne, aux Pays-Bas, en Suède (Cf. NewZilla.NET du 12 mai 2016) et en Hongrie, le service UberPOP du groupe Internet Uber, est aujourd’hui sur la corde raide en Finlande, où plusieurs dizaines d’enquêtes de police ont été diligentées.

Selon Pekka Seppala, un inspecteur de police d’Helsinki (Finlande) cité par le site d’information Bloomberg, les forces de police finlandaises sont désormais aux petits soins pour les chauffeurs du dimanche qui utilisent le service UberPOP pour se faire un petit complément de revenu.

Le problème est ici le même que celui rencontré par UberPOP dans d’autres pays européens, à savoir celui d’une concurrence déloyale faite à des sociétés de taxis traditionnelles, par des chauffeurs amateurs qui ne disposent pour leur part d’aucune licence officielle d’exploitation de taxi.

Nouveau cadre juridique

Une cinquantaine de chauffeurs UberPOP font déjà l’objet d’une enquête, précise la source citée part Bloomberg. De son côté, le groupe Internet Uber déplore dans un communiqué ce recours à la force publique, au moment où le ministère des Transports finlandais prépare semble-t-il un nouveau cadre juridique plus souple et plus tolérant pour ce type de pratiques.

A ce jour, plus de 100 000 Finlandais auraient déjà téléchargé l’application Uber. Une clientèle essentiellement regroupée dans l’agglomération d’Helsinki.

 

A lire aussi

heetch

Heetch et ses dirigeants condamnés à verser 441 000 euros aux chauffeurs de taxi (VIDEO)

La start-up Heetch et ses dirigeants, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob, ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Paris à verser 441 000 euros en réparation du préjudice moral causé aux 1463 chauffeurs de taxi qui étaient parties civiles au procès.

Uber-Brésil-SaoPaulo

Pour la justice brésilienne, un chauffeur de VTC Uber est un salarié comme un autre

Un juge brésilien Judge Marcio Toledo Gonçalves a condamné lundi 13 février 2017 Uber à verser 30 000 reais (l'équivalent de 9 400 euros) à l'un de ses chauffeurs VTC, considéré comme un salarié comme un autre, au titre des heures supplémentaires et pour couvrir d'autres frais (congés payés...). Uber a annoncé son intention de faire appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.