Revue de presse
Accueil / Emploi / Bill Gates veut faire payer les robots

Bill Gates veut faire payer les robots

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Dans un entretien vidéo accordé au site d’information américain Quartz (QZ.com) le co-fondateur de Microsoft, aujourd’hui milliardaire et philanthrope se prononce en faveur d’une taxation et des machines au même niveau que les salariés qu’elles remplacent. Tout comme le candidat socialiste à l’élection présidentielle, Benoit Hamon, qui voit dans cette mesure une manne de financement de son projet de revenu universel.

 

Brocardé pour le caractère supposément irréaliste, le candidat socialiste à l’élection présidentielle, Benoit Hamon, ne pouvait espérer meilleur soutien que celui de Bill Gates. Dans un entretien vidéo accordé au site d’information américain Quartz (QZ.com) le co-fondateur de Microsoft, lui aussi favorable à une taxation des robots destructeur d’emploi.

Bill Gates qui, en connaissance de cause, est bien conscient et a bien compris que les nouvelles technologies et l’économie détruisent bien plus d’emplois qu’elles n’en créent, souhaite donc faire payer les robots pour trouver des solutions de transition entre l’économie classique et l’économie numérique.  

Bill-Gates-robots-tax

“Ce que le monde veut, c’est saisir cette opportunité de continuer à produire les biens et services que nous avons aujourd’hui et libérer une force de travail, améliorer la manière dont nous tendons la main aux personnes âgées, d’avoir des classes avec moins d’élèves, d’aider les enfants avec des besoins spécifiques. Toutes ces choses où l’empathie et la compréhension humaine sont encore tout à fait irremplaçables”, explique le co-fondateur de Microsoft. 

Avant d’ajouter, “nous franchissons le seuil de la destruction d’emplois dans certaines activités presque d’un seul coup. Le travail en entrepôt, les chauffeurs, le nettoyage… Il y a tout un tas de secteurs laborieux très significatifs pour lesquels, d’ici 20 ans, il faut réfléchir à la manière dont ils seront impactés. Il est important d’avoir des politiques pour accompagner ce phénomène”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.