En continu
Accueil / Crypto-monnaie / L’Estonie planche sur le lancement de l’Estcoin, sa propre crypto-monnaie

L’Estonie planche sur le lancement de l’Estcoin, sa propre crypto-monnaie

PARTAGER CET ARTICLE
Nous avons vu récemment que le projet de navigateur Internet anti-pub Brave était parvenu à lever 35 millions de dollars en lançant le BAT, sa propre crypto-monnaie. Aujourd’hui l’Estonie (Etat membre de l’Union européenne) très en pointe sur les questions numériques souhaite faire de même en lançant l’Estcoin, sa propre crypto-monnaie nationale. 

 

Après l’e-residency, un dispositif qui permet de créer une entreprise en Estonie tout en n’étant pas présent sur le territoire estonien, c’est-à-dire qui permet notamment à des entrepreneurs résidant à l’extérieur de l’Union européenne* d’avoir une entreprise au sein de l’UE, de disposer d’un compte bancaire dans l’UE et in fine de travailler avec des clients européens, après l’e-residency donc l’Estonie étudie aujourd’hui sérieusement la possibilité de lancer sa propre crypto-monnaie nationale, lointain dérivé du Bitcoin et d’Ethereum.

estcoin-estonie-estonia-crypto-currency

Le projet, mentionné sur un billet publié sur la plate-forme de blogging Medium par Kaspar Korjus, responsable du programme e-residency, a d’ailleurs déjà reçu le soutien de Vitalik Buterin le fondateur d’Ethereum.

Pour Kaspar Korjus, contrairement au Bitcoin, actuellement très prisé par les réseaux criminels (notamment pour le paiement de “ransomware”), l’un des avantages (et peut-être serait-on tenté de dire, la limite…) de l’Estcoin c’est que cette crypto-monnaie ne pourrait pas être utilisée pour des activités illégales étant donnée qu’elle sera surveillée par un gouvernement.

  • A ce jour 22 000 e-residents estoniens originaires de 138 pays sont enregistrés dans le cadre de ce programme.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Le Venezuela lance sa propre crypto-monnaie dans un climat de défiance économique

Le Pétro (c’est le nom de cette nouvelle “monnaie” virtuelle) devrait être utilisé pour lutter contre l’inflation. Un petro vaudra 60 dollars, c’est-à-dire tout juste le prix d’un baril de pétrole.

Une faille de sécurité dans Telegram permettait de voler des messages cryptés (mais pas de les lire)

Mais cette vulnérabilité, découverte par l’éditeur de logiciel de cybersécurité russe Kaspersky, aurait aussi été utilisée par les pirates pour introduire dans des ordinateurs des programmes minant clandestinement des crypto-monnaies comme Monero ou Zcash.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.